Mata et Alba ne comprennent pas

Favoris pour remporter la médaille d'or au Tournoi Olympique de Football Masculin, Londres 2012, les Espagnols ont finalement plié bagage de façon très prématurée, avec un bilan inimaginable au coup d'envoi de la compétition. La Roja termine en effet dernière du Groupe D derrière le Japon, le Honduras et le Maroc, avec à son compteur un seul point et aucun but marqué.

"C'est inexplicable", résume Jordi Alba. "Et très décevant", ajoute son compatriote et coéquipier Juan Manuel Mata. Il y a un mois jour pour jour, les deux hommes remportaient l'UEFA EURO 2012 en Pologne et en Ukraine. La chute est d'autant plus douloureuse.

"Au moment de débuter ce dernier match de poule, nous savions que nous étions déjà éliminés. Mais nous avons quand même tout fait pour le gagner. Nous avons eu de nombreuses occasions, mais le but n'est jamais venu. Sans marquer, il est difficile d'atteindre le tour suivant", analyse avec amertume le joueur de Chelsea.

Les statistiques sont sans appel : l'Espagne est la seule équipe à ne jamais avoir trouvé le chemin des filets lors de la phase de groupes de ce Tournoi Olympique. "Il y a une part de malchance et un manque certain de précision. Ça nous a coûté très cher", reconnaît Mata.

"Ce sont des choses qui arrivent dans le football. Parfois vous avez deux occasions et vous marquez deux buts. D'autres fois, vous cadrez huit fois, mais ça ne rentre pas", commente Alba. "L'équipe a tout donné et méritait clairement la victoire lors des deux derniers matches. C'est pour ça qu'il est difficile de donner des explications. Vu le nombre d'occasions franches que nous avons eues, il est incroyable que nous n'ayons pas marqué au moins une fois."

Rage et déception
Chez tous les joueurs espagnols, même son de cloche : malgré la déception, ils quittent la Grande-Bretagne la conscience tranquille étant donné qu'ils n'ont ménagé aucun effort pour essayer de faire basculer le destin. "La réalité est là. Nous n'avons marqué aucun but et gagné aucun match dans ces Jeux Olympiques. Mais il y a beaucoup de fierté dans cette équipe et nous avons essayé jusqu'au bout, y compris contre le Maroc, alors que nous étions déjà éliminés. Nous nous sommes battus du début à la fin, à chaque match", argumente Mata.

Malgré cela, l'amertume est présente chez les Espagnols et l'orgueil n'a pas été totalement épargné. "Nous sommes contrariés, c'est logique, car nous avions les moyens de réaliser quelque chose de grand. C'est rageant de s'arrêter aussi tôt dans un tournoi", confie Jordi Alba, qui rejoindra bientôt les rangs de sa nouvelle équipe, le FC Barcelone. "Dans le vestiaire, il y a beaucoup de déception, car nous étions venus avec beaucoup d'ambition. Dès le deuxième match, tout était déjà fini. Il y a de quoi s'en vouloir", explique Mata.

Une leçon à retenir
En dépit de la tristesse du moment, Mata tient à tirer une leçon de l'échec espagnol aux Jeux Olympiques : "Dans chaque défaite, il y a des points positifs à retenir et surtout des enseignements à tirer. Cette déception doit nous aider à gagner en maturité et à ne jamais oublier que la difficulté est toujours présente", rappelle avec philosophie le champion du monde 2010. "Cet échec est venu nous rappeler que la victoire n'est jamais éternelle. Nous nous étions habitués à elle avec cette série incroyable de la sélection espagnole au cours des dernières années. Ce qui se passe aujourd'hui nous montre que la victoire n'est jamais acquise."

"Sur le coup, ce sont la colère et la douleur qui dominent mais avec le temps, ces sentiments disparaissent pour faire place à de nouveaux objectifs. Nous allons apprendre la leçon. C'est un contretemps qui doit nous aider à devenir encore plus forts", conclut le milieu offensif espagnol.