La recette en or des Aztèques
© Getty Images

"Nous pouvons battre n'importe qui !", annonçait déjà Oribe Peralta, à la veille de la finale du Tournoi Olympique de Football Masculin, Londres 2012. Ironie du sort, Peralta a été le grand artisan du triomphe du Mexique à Wembley. En marquant à deux reprises, il a permis à la génération dorée du football mexicain de remporter l'un de ses plus grands succès.  

L'attaquant n'est pourtant pas du genre à voler la vedette à ses coéquipiers. "Nous rêvions tous de remporter cette médaille d'or", confiait le héros du jour au coup de sifflet final. "Mes buts doivent énormément au travail de mes coéquipiers. Je ne suis pas tout seul dans cette équipe. Si je jouais au tennis, tout ne dépendrait que de moi mais en football, chacun a un rôle à jouer."

Incontestablement, l'ouverture du score après 29 secondes a grandement contribué à la victoire aztèque. Pourtant, Peralta voit d'autres explications dans ce triomphe : "Nous savions que les Brésiliens étaient fragiles psychologiquement et qu'ils étaient mal à l'aise quand ils n'avaient pas le ballon", explique le buteur de Santos Laguna. "Nous avons réussi à monopoliser le ballon. Nous sommes restés disciplinés et nous avons déployé notre jeu. Notre objectif était de remporter la médaille d'or. C'est la récompense de nos efforts et de tout le travail accompli ces dernières années."

Hommage à tout un groupe
Dans un autre registre, le deuxième but de Peralta a donné lieu à une célébration pour le moins inhabituelle. "Nous voulions copier le geste que fait Giovani dos Santos à chaque fois qu'il marque un but", intervient Jorge Enriquez, dont la prestation au milieu de terrain n'est pas passée inaperçue. "Nous avons souhaité lui dédier ce but car Giovani était vraiment très déçu de ne pas pouvoir participer à cette finale à cause de sa blessure".

La victoire était d'autant plus douce pour le milieu de terrain mexicain qu'il faisait partie de la sélection U-20 éliminée en demi-finale de l'épreuve reine de la catégorie par… le Brésil, en 2011. "Le football offre souvent l'occasion de prendre sa revanche. Cette défaite a été très dure à vivre mais, aujourd'hui, elle rend la victoire encore plus délicieuse. Nous avons réussi quelque chose d'incroyable en remportant la médaille d'or. C'est fabuleux, il n'y a pas de mots pour décrire ce que je ressens."

"L'esprit d'équipe est à l'origine de tous nos succès. Tout le monde ici pense avant tout à ses coéquipiers", poursuit le joueur de Guadalajara qui, avec ses coéquipiers, a tenu à rendre hommage à ses entraîneurs au moment de la remise des médailles. "Il n'y a que 18 médailles mais tout le staff qui a vécu cette aventure avec nous en méritait une aussi."

Le mot de la fin revient donc au sélectionneur Luis Fernando Tena : "Nous avons réussi à changer la mentalité des footballeurs mexicains. Nous avons regardé tous nos adversaires les yeux dans les yeux, sans jamais trembler. Nous avons toujours cherché à donner la meilleure image du Mexique, sans négliger la victoire pour autant. Finalement, nous sommes allés au bout. Nous assistons à un changement d'attitude au Mexique. Aujourd'hui, nous avons placé la barre très haut pour les prochaines générations. Je suis sûr que les attentes seront encore plus élevées à l'avenir."