Nouvelle-Zélande
© Getty Images

C'était hier...
La Nouvelle-Zélande a fait ses débuts dans le Tournoi Olympique de Football il y a quatre ans, à Pékin. Les All White avaient alors réalisé un parcours mitigé, lancé par un nul 1:1 contre la RP Chine, dont l’égalisation était arrivée dans les dernières minutes. Les Océaniens avaient ensuite subi une sévère défaite (5:0) contre le Brésil, avant de rebondir lors de la troisième journée et de concéder une défaite honorable (1:0) contre la Belgique, future demi-finaliste.

Aujourd’hui
Le football néo-zélandais a considérablement progressé ces dernières années, comme en témoignent les excellentes prestations récoltées par les deux équipes de jeunes dans leurs compétitions FIFA respectives. La génération actuelle aura l’occasion de montrer de quoi elle est capable sous la houlette de Neil Emblen. Pour le sélectionneur d’origine anglaise, qui a obtenu d’excellents résultats en tant qu’entraîneur-joueur avec Waitakere United dans le championnat de Nouvelle-Zélande, Londres 2012 sera l’occasion de démontrer sa valeur devant ses compatriotes.

Et demain ?
Que tous ceux qui s’attendent à vaincre la Nouvelle-Zélande sans mouiller le maillot se détrompent au plus vite ! Au contraire de ses devancières, cette équipe ne manque ni de joueurs créatifs, ni de buteurs. Les Kiwis ont certes scellé leur qualification sans gloire, mais ils étaient privés d’une partie de leurs meilleurs éléments, notamment les deux "Anglais" Tommy Smith et Chris Wood, qui avaient étonné à la Coupe du Monde de la FIFA 2010. Mais on pense également à l’attaquant Kosta Barbarouses, ainsi qu’à l’ailier Marco Rojas, qui s’était blessé à la veille de la compétition préliminaire du mois de mars.

La boîte à infos
Stars du passé
Jacob Spoonley, Aaron Scott, Jeremy Brockie

Stars actuelles

Tommy Smith (défenseur), Marco Rojas (attaquant), Kosta Barbarouses (milieu de terrain), Chris Wood (attaquant)


La qualif en chiffres
Privé de plusieurs joueurs essentiels, le groupe néo-zélandais s’est montré très irrégulier au cours de la compétition préliminaire. Certes, il a inscrit 15 buts en quatre matches, mais 10 d’entre eux l’ont été lors du match de poules contre Tonga. Les Kiwis ont remporté les trois autres rencontres par un seul but d’écart, notamment la très indécise finale contre les Fidji.

Le chiffre
1 - Comme le nombre de buts marqués par la Nouvelle-Zélande sur la scène olympique, plus précisément par Jeremy Brockie il y a quatre ans contre la RP Chine.