La RP Chine mise sur Loisel
© AFP

Elisabeth Loisel a été nommée ce dimanche à la tête de la sélection nationale chinoise. La Française a finalement été préférée à d'autres grands noms du football féminin, comme l'ancienne sélectionneuse des Etats-Unis April Heinrichs ou le Brésilien Jorge Barcellos, qui avait impressionné les supporters chinois en menant les Canarinhas en finale de la récente Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Chine 2007.

Mardi, les responsables de la fédération chinoise de football (CFA) s'étaient résignés à mettre un terme au contrat de la Suédoise Marika Domanski-Lyfors. Il ne leur aura donc fallu que cinq jours pour lui trouver une remplaçante, en la personne de l'ancienne sélectionneuse de l'équipe de France. La tâche qui attend Loisel s'annonce particulièrement difficile. En effet, les Roses d'acier ont déjà consommé cinq entraîneurs depuis la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Etats-Unis 2003. Et, avec les Jeux de Pékin qui se profilent à l'horizon, la nouvelle venue n'aura que peu de temps pour faire passer ses idées.

"L'équipe est encore un peu jeune, mais elle ne manque pas de talent, a déclaré Loisel lors de sa première conférence de presse, ce dimanche. Il n'y a que trois médailles en jeu et la compétition s'annonce très difficile. Nous ferons de notre mieux pour remplir la mission que l'on nous a confiée."

Un CV impressionnant
A 44 ans, la nouvelle sélectionneuse chinoise possède un palmarès impressionnant. En dix ans passés à la tête de l'équipe de France, Loisel a notamment contribué à la spectaculaire progression des Bleues , qui sont passées de la 16ème à la 5ème place du Classement mondial féminin FIFA.

"J'ai débuté ma carrière de footballeuse il y a 28 ans de cela. J'ai joué pendant neuf ans avant de devenir entraîneuse adjointe pendant onze ans. J'ai ensuite occupé le poste de sélectionneuse nationale de 1997 à 2007."

La qualité du football pratiqué par les équipes de Loisel a, semble-t-il, achevé de convaincre les dirigeants chinois. De fait, la Française a d'ores et déjà promis de s'appuyer en premier lieu sur l'excellente technique individuelle de ses joueuses. Elle admet d'ailleurs ouvertement s'inspirer du style et des idées traditionnellement associés à l'équipe du Brésil.

"C'est vrai, j'ai un faible pour le football brésilien. Là-bas, toutes les joueuses possèdent une technique ahurissante. On ne peut qu'admirer une joueuse comme Marta ! De mon côté, j'espère avoir la chance de découvrir une Marta chinoise dans les mois à venir."

Un pari ambitieux
En guise d'introduction, Loisel a organisé un stage programmé pour la fin du mois à Wuhan, la ville même dans laquelle Domanski-Lyfors avait donné sa première conférence de presse, il y a sept mois de cela. A moins de 300 jours du coup d'envoi du Tournoi Olympique de Football Féminin, la pression commence déjà à monter dans l' Empire du Milieu .

La nouvelle sélectionneuse nationale aura pour tâche de mener la RP Chine sur le podium, ce qui n'est pas gagné d'avance, car l'équipe occupe actuellement une modeste 13ème place au classement mondial.

Il y a quelques semaines, la RP Chine n'avait pourtant pas réussi à atteindre les demi-finales de "sa" Coupe du Monde Féminine de la FIFA. Mais Loisel se veut optimiste : "En tant que membre du Groupe d'Etude Technique, j'ai suivi les rencontres de la RP Chine. Les joueuses sont très bonnes techniquement et j'ai été favorablement impressionnée par leurs performances. De ce point de vue, je pense pouvoir m'appuyer sur les mêmes principes que ceux que j'avais développés avec l'équipe de France".