Les Allemandes quittent Pékin bronzées (2:0)
© AFP

Malgré de longues minutes de souffrance, les championnes du monde en titre ont disposé du Japon dans la dernière demi-heure et montent ainsi sur la troisième marche du podium.

Une médaille de bronze que l'Allemagne s'adjuge pour la troisième édition consécutive après Athènes 2004 et Sydney 2000. Les filles de Silvia Neid effacent ainsi un peu de la tristesse apparue trois jours plus tôt suite à la claque reçue face au Brésil (1:4).

Les coéquipières de Birgit Prinz ont tout de même eu besoin de se faire violence pour arracher cette victoire méritée. Dominatrices de bout en bout, les Allemandes ont longtemps pêché dans la dernière passe pour se montrer dangereuses.

Il a alors fallu attendre la 69ème minute pour voir Fatmire Bajramaj - grand espoir du football germanique - profiter d'une belle tête de Kerstin Garefrekes repoussée par la gardienne nipponne et envoyer le cuir au fond des filets dans un angle impossible (1:0).

A trois minutes du coup de sifflet final, alors que le Japon poussait pour revenir, Bajramaj s'est trouvée à la conclusion d'une contre-attaque, enchainant une feinte puis une frappe enroulée imparable (2:0, 87').

Même si la Mannschaft était venue pour décrocher l'or, elle saura sans doute reconnaître la supériorité de ses adversaires et se contenter du bronze. Les Asiatiques resteront elles comme l'énorme sensation de ce tournoi féminin. Sorties d'un groupe des plus difficiles avec les Etats-Unis, la Norvège et le pays hôte, les Nadeshiko ont soufflé un vent nouveau sur Pékin.