Bajramaj, du banc au podium
© AFP

Avant la finale pour la troisième place, elle n'avait disputé que 68 minutes dans ce Tournoi Olympique de Football Féminin. Pourtant, face au Japon, c'est bien la jeune Fatmire Bajramaj qui a fait la différence.

Entrée en deuxième mi-temps, la joueuse de Duisburg a offert aux Allemandes la victoire (2:0) contre les Asiatiques, à l'issue d'une rencontre de faible intensité. "Je suis heureuse d'avoir réussi à marquer", a-t-elle déclaré à FIFA.com après le match, avec un soulagement bien visible. "Je ne sais pas quand j'ai marqué en équipe nationale pour la dernière fois, mais c'est un sentiment indescriptible."

Le jeu a été dominé par les Japonaises pendant la première période et les Allemandes ont beaucoup peiné pour arracher leur victoire. "Nous n'étions pas concentrées pendant la première mi-temps. Le Japon nous a mis la pression. Mais on a montré après la pause que notre équipe voulait vraiment gagner. Nous voulions repartir avec le bronze", explique la milieu de terrain.

C'est elle qui a assuré presque seule face au Japon, offrant la victoire à son équipe avec ses deux buts. A la 69ème minute, tout d'abord, en profitant d'une tête de Kerstin Garefrekes repoussée par la gardienne nippone Miho Fukumoto pour envoyer le ballon au fond des filets, dans un angle impossible. Quant au but de la victoire, Bajramaj l'a marqué en contournant avec élégance son adversaire japonaise d'une belle feinte de corps, avant d'enchaîner avec une superbe frappe à ras de terre.

Analyser l'échec
Cette victoire et la médaille de bronze font un peu oublier les difficultés rencontrées par l'Allemagne depuis le début du Tournoi Olympique. Un match nul et vierge contre le Brésil et deux victoires de justesse (1:0) face au Nigeria et à la RDP Corée ont permis à la Mannschaft de se qualifier pour les quarts de finale. La Suède n'a été vaincue (2:0) qu'en prolongation. Mais en demi-finale, la formation allemande n'a eu aucune chance contre les coriaces Brésiliennes, qui ont mis fin aux espoirs des championnes du monde en titre en s'imposant 4:1.

Il n'y a pas eu beaucoup de buts, nous n'étions pas aussi vives ni aussi déterminées que l'année dernière
Fatmire Bajramaj, à propos des problèmes offensifs de l'Allemagne

"Il nous manquait quelque chose, nous ne savons pas quoi. Nous cherchons. ", constate Bajramaj, qui tente encore de comprendre les raisons de l'échec de son équipe.

Même si elles ne rapportent que le bronze, les Allemandes ont fait la fête dans les vestiaires. Cette sélection olympique avait su susciter de grands espoirs chez ses supporters. De son côté, Bajramaj entretient elle aussi de sérieuses ambitions concernant son avenir au sein de l'équipe nationale. "C'est évidemment mon objectif de jouer d'entrée de jeu. Ca viendra avec le temps", annonce-t-elle, confiante.

Pour l'instant, il s'agit pour elle de fêter la médaille de bronze et d'oublier ce tournoi aussi vite que possible. "Tourner la page et aller de l'avant", tel est l'objectif pour Fatmire Bajramaj. "Nous sommes tout de même contentes d'être sur la troisième marche du podium."