Little a une petite idée en tête
© AFP

Quand Hope Powell, la sélectionneuse de la Grande-Bretagne, loue les "grandes qualités" de Kim Little, elle sait parfaitement de quoi elle parle. Il n'y a pas si longtemps, elle en faisait encore les frais.

La dernière fois que les deux femmes s'étaient croisées, lors de la Coupe de Chypre 2011, Little avait marqué et largement contribué au succès 2:0 remporté par son équipe. Hélas pour Powell et les Anglaises, la talentueuse milieu de terrain d'Arsenal portait ce jour-là la tunique bleu nuit de... l'Écosse, son pays natal.

Rares sont les sélectionneuses qui peuvent s'offrir le luxe de convoquer d'anciennes adversaires. C'est pourtant ce que vient de faire Hope Powell. Little fait partie des deux joueuses non anglaises qui figurent dans le groupe de 18 internationales retenues pour le Tournoi Olympique de Football Féminin, Londres 2012.

Cette décision ne surprendra personne. À l'aube de sa première grande compétition internationale, la joueuse de 22 ans est considérée comme l'une des plus brillantes joueuses actuelles. La native d'Aberdeen affiche déjà un bilan étonnant pour son âge, tant en club qu'au niveau international. Capée à 70 reprises avec l'Écosse, Little impressionne encore davantage par ses performances sous le maillot d'Arsenal, avec un ratio de plus d'un but par match.

Cette statistique fait dire à certains que l'arme secrète de Hope Powell est une pure attaquante en réalité. La joueuse se charge elle-même de trancher la question pour FIFA.com. "Presque tous mes buts partent du milieu de terrain. C'est ma position naturelle. Cela dit, mon jeu consiste toujours à aller de l'avant et à créer le danger dans la surface. Avec un peu de chance, je réussirai à en marquer un ou deux pendant les Jeux. Je suis vraiment très impatiente."

En terrain connu
Déjà formidable en soi, cette participation au Tournoi Olympique de Football Féminin 2012 revêt une signification toute particulière pour Kim Little. En effet, la jeune Écossaise a beau avoir grandi dans le village de Mintlaw, non loin d'Aberdeen, elle réside à Londres depuis qu'elle a 17 ans. "Je me sens parfaitement chez moi ici désormais", confie-t-elle. "J'ai vu tous les efforts qui ont été accomplis afin que la ville soit prête pour le jour J. Ça va être un moment formidable quand tout va se mettre en place. La tension n'a cessé de grandir et c'était formidable d'imaginer que je pourrais en faire partie."

Certes, "quelques plaisanteries" ont fusé entre la jeune Écossaise et ses partenaires anglaises. Toutefois, Kim Little est loin d'évoluer en terre inconnue dans cette sélection. En effet, le groupe emmené par Powell compte un bon tiers de joueuses d'Arsenal. Avec ce mélange de jeunesse et d'expérience, symbolisée par ses coéquipières des Canonnières comme Kelly Smith ou Rachel Yankey, la jeune milieu de terrain estime que l'équipe britannique peut nourrir de grandes ambitions.

"Nous visons le titre", confirme-t-elle. "Je suis consciente que nous ne partons pas favorites, mais nous aurons l'avantage du terrain et notre équipe est assez solide pour causer des problèmes à n'importe qui. Pour le moment, nous ne pensons qu'à franchir la phase de poules. Il ne sert à rien de dire : 'Si on atteint les demi-finales, ce sera une réussite'. Il s'agit d'un tournoi olympique : tout le monde espère décrocher une médaille. Et très sincèrement, avec l'équipe que nous avons, je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas viser l'or."