Triomphes et rêves brisés
© Getty Images

LE FILM DE LA JOURNÉE - Ce vendredi 3 août 2012, quatre formations ont dit adieu à leurs derniers espoirs de décrocher une médaille olympique. Omniprésent dans le dernier carré depuis 1996, le Brésil a été contraint de faire ses valises plus tôt que prévu. Au terme d'une rencontre de haut niveau, les Sud-Américaines se sont inclinées en quart de finale face aux championnes du monde japonaises.  

La Grande-Bretagne a également vu son parcours s'interrompre brutalement. Malgré le soutien inconditionnel du public de Coventry, le pays hôte a subi la loi du Canada. La revanche très attendue du match pour la troisième place de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2011™ a cette fois tourné à l'avantage de la France. Les Suédoises, qui avaient pourtant ouvert le score, repartent de Londres les mains vides, tandis que les Bleues voient leur rêve de médaille se préciser.

De leur côté, les États-Unis sont encore en course pour conserver leur titre olympique. Les Stars and Stripes ont certes peiné pour venir à bout de la Nouvelle-Zélande mais leur succès ne souffre aucune contestation. Au prochain tour, les Américaines retrouveront leurs voisines canadiennes.

Résultats
Quarts de finale
Suède 1:2 France
États-Unis 2:0 Nouvelle-Zélande
Brésil 0:2 Japon 
Grande-Bretagne 0:2 Canada

Le but
Brésil - Japon, Shinobu Ohno (73')
Menées 1:0, les Brésiliennes ont tout fait pour recoller au score. Alors que la pression sud-américaine se faisait de plus en plus forte, Shinobu Ohno a définitivement fait basculer la victoire dans le camp japonais en inscrivant un superbe but. Bien servie par Yuki Ogimi, la numéro 11 des Nadeshiko a éliminé Erika d'une superbe feinte de corps, avant de battre Andreia d'une frappe sous la barre.

Les moments-clés
La France entre de bonnes mains : Quand deux équipes de même valeur se rencontrent, les individualités font parfois la différence. Dans le match entre la France et la Suède, ce rôle est revenu à Sarah Bouhaddi. Tout au long de la partie, la gardienne française a multiplié les interventions décisives devant les attaquantes suédoises. À la 72ème minute, le dernier rempart des Bleues a même réussi l'exploit de sortir une frappe à bout portant de Nilla Fischer, sous le regard incrédule de la capitaine scandinave. Le public de Hampden Park ne s'y est pas trompé et lui a réservé une ovation. "Sarah a réussi un grand match quand nous en avions besoin. Cette victoire, nous la lui devons. On dit qu'une gardienne peut faire perdre son équipe mais il est rare qu'elle la fasse gagner", expliquait le sélectionneur français Bruno Bini à l'issue de la rencontre.

La gymnastique à l'honneur : Grâce à leur victoire sur la Nouvelle-Zélande, les États-Unis préservent leurs chances de médaille. Visiblement, certaines joueuses américaines auraient peut-être pu s'illustrer dans d'autres disciplines. Suite à l'ouverture du score d'Abby Wambach, la moitié de l'équipe a exécuté une roue, telles des gymnastes. "Nous voulions dédier ce but à l'équipe américaine de gymnastique. Nous suivons de près les différents concours et nous avions envie de lui faire un petit clin d'œil", a confié Alex Morgan au coup de sifflet final.

Dure au mal : À 39 ans, la gardienne néo-zélandaise Jenny Bindon est la doyenne du Tournoi Olympique mais aussi une des athlètes les plus courageuses de ces olympiades. Sortie à la rencontre d'Alex Morgan, la numéro 1 a en effet reçu le genou de l'attaquante américaine en pleine tête. Bindon a dû passer plusieurs minutes allongée, avant de pouvoir reprendre sa place. Visiblement touchée, la Néo-Zélandaise est pourtant restée sur le terrain jusqu'à la fin. "Elle dit qu'elle ne se souvient pratiquement pas du match", a avoué son sélectionneur Tony Readings après coup.

La stat
4 - Abby Wambach a marqué à chacune des quatre sorties des États-Unis depuis le début de Londres 2012. Personne n'avait plus accompli pareil exploit depuis la Norvégienne Linda Medalen, en 1996. 

Entendu…
"Nous faisions partie des six favoris pour le podium. Désormais, nous sommes dans le dernier carré. Espérons que l'histoire ne se finira pas comme en Allemagne et que nous ne rentrerons pas avec un médaille en chocolat" - Bruno Bini, sélectionneur de la France

Le programme
Lundi 6 août 2012 (coups d'envoi en heure locale)

Demi-finales
France - Japon, Londres, 17h00
Canada - États-Unis, Manchester, 19h45