Le Japon améliore la perfection
© Getty Images

Le Japon, vainqueur de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2011™, a d'ores et déjà marqué les esprits par la qualité de son jeu de passes courtes, son efficacité et son impressionnante endurance. Cette année, au Tournoi Olympique de Football Féminin, les Japonaises prouvent qu'elles ont encore affiné leur style.

"Nous pouvons maintenant contrôler le jeu, mieux encore que l'année dernière", confirme leur capitaine Aya Miyama au micro de FIFA.com. "Nous pouvons également tenir le rythme sans faiblir. Ça aussi, c'est une amélioration par rapport à l'an dernier."

La finale olympique face aux Etats-Unis sera une réédition de la finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™, 13 mois plus tard. C'est avec optimisme que la joueuse aux 68 sélections attend ce duel contre les tenantes du titre. "Face à nous, elles seront motivées à 100 % pour prendre leur revanche. Il sera important de garder notre sang-froid et de ne pas nous laisser aller à nos émotions", prévient-elle. Contrôle et discipline sont les deux mots d'ordre pour les joueuses de Norio Sasakiavant cette rencontre très attendue, qui se jouera ce 9 août à Wembley.

Les Japonaises restent en outre fidèles à ces valeurs de discrétion et de modestie qui leur ont si bien réussi par le passé. Il y a deux semaines, la défenseuse Yukari Kinga soulignait au micro de FIFA.com : "En dépit de notre titre de championnes du monde, nous sommes dans la peau du challenger". La milieu de terrain Miyama va aujourd'hui dans le même sens : "En demi-finale, les Françaises ont été meilleures que nous sur de nombreux aspects. Nous devons faire preuve du même état d'esprit qu'elles pour la finale".

"Imposer notre jeu"
Si les Nippones ont franchi une nouvelle étape en Grande-Bretagne et espèrent maintenant confirmer leur statut avec un nouveau triomphe contre les Stars and Stripes, il ne s'agit pas pour Miyama de livrer une prestation spectaculaire en finale. A ses yeux, c'est la force psychologique des Nadeshiko et leur capacité à s'imposer dans les duels serrés qui traduisent leur évolution et constitueront leurs meilleurs atouts face aux Américaines. "Nous avons travaillé dur pour que la chance soit de notre côté", explique la joueuse de 27 ans. 

Auteure de deux passes décisives contre la France, elle a intercepté de nombreux ballons, ne s'est pas ménagée et s'est montrée solide dans les un-contre-un. Ce n'est pas un hasard si elle est considérée comme l'une des figures de proue du football féminin japonais avec la Joueuse Mondiale de la FIFA Homare Sawa.

Une domination à confirmer
Miyama devra s'appuyer à nouveau sur ses qualités de milieu de terrain pour contenir le redoutable duo d'attaquantes formé par Abby Wambach et Alex Morgan. "Nous devons imposer notre jeu", souligne-t-elle au cours de son entretien avec FIFA.com.

Avant le coup d'envoi de la finale, les championnes du monde possèdent toutes les qualités requises pour monter sur la plus haute marche du podium. Miyama est en tout cas consciente de la signification qu'aurait un second triomphe de la sélection nippone sur la scène mondiale en l'espace de 13 mois : "Depuis la Coupe du Monde 2011, la popularité du football féminin a énormément augmenté au Japon. Nous voulons maintenant franchir un nouveau cap et établir ce sport dans notre pays pour de bon, grâce à un nouveau sacre à Londres".