En demi-finale de Trinité-et-Tobago 2010, la République de Corée a battu l’Espagne sur le score de 2 buts à 1, au stade Ato Boldon de Couva. Sans forcément dominer dans le jeu, elle a su faire preuve de réalisme dans le dernier geste. Beaucoup plus que les championnes d’Europe qui ont multiplié les occasions mais ne sont pas parvenues à les faire fructifier...

Sur une pelouse détrempée par la pluie, l’Espagne imposait d’entrée son rythme. Elle monopolisait le ballon, multipliant les décalages sur les ailes. Sans surprise, elle se créait les premières opportunités de but, mais ni Laura Gutierrez (5’), ni Sara Merida sur coup-franc (10’), ni Alexia Putellas d’une frappe lointaine ne trouvaient le cadre (16’).

La Corée du sud courrait derrière le ballon. Et quand par bonheur elle l’interceptait, aucune solution ne se présentait à elle tant les Rojitas quadrillaient bien le terrain. Tandis que Dolores Gallardo n’était donc toujours pas inquiétée, Kim Minah allait l’être sur une belle tentative de Raquel Pinel, esseulée dans la surface. Mais la gardienne sud-coréenne sortait le grand jeu d’un arrêt du pied (22’).

Elle allait toutefois s’incliner dans la foulée. Putellas enchainait les passements de jambes pour effacer Jang Selgi et Lee Geum Min puis adressait un centre parfait pour Amanda Zampedro. La capitaine espagnole en profitait d’un plat du pied pour ouvrir la marque et son compteur personnel (1:0, 23). Il n’en fallait pas plus pour réveiller la Corée.

Deux minutes plus tard, Kim Nari débordait sur l’aile gauche et déposait un modèle de ballon sur la tête de Yeo Min Ji. En plongeant, la meilleure buteuse de la compétition faisait parler la poudre pour la huitième fois à Trinité-et-Tobago 2010 (1:1, 25’). Cette égalisation aussi rapide que surprenante donnait des ailes aux Guerrières Taeguk, désormais lancées.

Yeo était d’abord proche du doublé quand, à la 28ème minute, elle élevait son mètre soixante plus haut que tout le monde, sur un coup franc botté par Kim Nareum. A côté. Sa partenaire en attaque,  Joo Soojin la relayait un peu plus tard avec efficacité. Elle récupérait un ballon à l’entrée de la surface de réparation, profitait de la chute de Ivana Andres, dernière défenseuse, pour s’en aller battre Gallardo (2:1, 39’).

La Corée tient
Malgré ses 39% de possession, ses quatre tirs au but contre dix, la Corée du Sud regagnait les vestiaires avec l’avantage au panneau d’affichage. 

A l’image de la première, la seconde mi-temps commençait en trompe l’œil. L’Espagne possédait le ballon, occupait la partie de terrain asiatique, mais ce sont les Coréennes qui manquaient d’aggraver le score. Joo Soojin (46‘) puis Lee Geum Min (59’) tentaient ainsi leur chance, mais Gallardo s’interposait joliment.

Le temps défilait, l’Espagne perdait patience. D’une belle frappe du pied droit, Nagore Calderon à la 63ème minute forçait Minah à se détendre. Puis Merida, des 30 mètres, armait à son tour un boulet de canon que la gardienne coréenne bloquait encore (65’). La Corée du Sud reculait, mais faillit surprendre encore une fois, Lee Geum Min ratant le coche et le cadre seule devant Gallardo (67’).

L’avertissement était suffisamment clair. Les championnes d’Europe jetaient alors toutes leurs forces dans la bataille. Les occasions de but pleuvaient sur le but de Minah. Calderon d’une tête à bout portant,  puis deux frappes de Paloma Azaro (85’ et 86’) fuyaient le cadre. Rien n’y faisait.

La Corée du Sud, décidément surprenante, tenait bon son billet pour la finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Trinité-et-Tobago 2010. Elle rencontrera l’équipe vainqueur du match Japon-RDP Corée, le 25 septembre prochain à Port d’Espagne. Une finale 100% asiatique donc.