Au stade Ato Boldon de Couva, le Japon, plus inspiré, a pris le meilleur sur la RDP Corée (2:1), tenante du titre, et rejoint la République de Corée en finale de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Trinité-et-Tobago 2010.

Ce n’était d’ailleurs pas tout à fait une surprise de voir le Japon, meilleure attaque des équipes encore en lice, prendre le jeu à son compte dès le coup d’envoi, qui plus est contre la meilleure défense. Mais voir Kumi Yokoyama, sa géniale attaquante sur le banc en était une. Mais même sans elle, les Nipponnes étaient dangereuses les premières. May Kyokawa (6’) et Hikaru Naomoto (8’) ne trouvaient toutefois pas le cadre.

Offensives, elles monopolisaient le ballon sous la houlette d’une précieuse Yoko Tanaka, chef d’orchestre. Comme à son habitude, la RDP Corée s’organisait autour de deux rideaux défensifs,et procédait par des contres. Et comme souvent Kim Kum Jong s’en trouvait à la conclusion. La 15ème minute en apportait un parfait exemple, mais Eri Hirao était vigilante.

Les jeunes Nadeshiko ne perdaient pas une seconde pour rétorquer. May Kyokawa, d’une volée au point de penalty, frappait la transversale (24’). Et comme pour faire tourner la chance, Hiroshi Yoshida, le sélectionneur japonais faisait entrer prématurément Yokoyama cinq minutes plus tard (31’). Un aveu d’impuissance ? Celle-ci apportait en tous les cas un nouvel élan au pays du soleil levant.

Haruna Kawashima, tout d’abord enchaînait contrôle du gauche et frappe du droit à bout portant : au dessus (33’). Ensuite, Yokoyama par deux fois était proche de faire la différence (38’ et 40’), mais ses deux frappes excentrées sur la gauche trouvaient  les panneaux publicitaires puis les gants de Choe Kyong Im.

L'exploit de Yokoyama
Après la pause, la RDP Corée montait un tout autre visage. O Hui Sun d’une frappe sèche du gauche mettait d’abord la conviction dans son shoot mais pas l’adresse (49’). Dix minutes plus tard, Kim Yun Mim, d’un tir tendu sur coup franc ajoutait la précision. Hirao repoussait le ballon, mais l’inévitable Kim Kum Jong suivait bien et déflorait le panneau d’affichage (1:0, 59’). Le spectre du match RDP Corée-Allemagne planait alors. Le scenario était le même.

Sauf que le Japon décidait d’en changer la fin. Après avoir frôlé la correctionnelle sur une frappe non cadrée de Kim Su Gyong, les Nipponnes retrouvaient leur jeu de passes et leur inspiration. Elles désorganisaient clairement la défense de la RDP Corée : une véritable performance. Haruka Hamada adressait tout d’abord un caviar à Hikari Tagaki qui égalisait de la tête, esseulée au second poteau (69’). Yokoyama faisait le reste...

Cinq minutes plus tard, la numéro 17 recevait un ballon aux 20 mètres, dos au but. Puis la voilà partie dans un numéro de dribbles impressionnant, effaçant pas moins de quatre défenseuses, pour finalement battre d’un tir à ras de terre Choe Kyong Im. La célébration qui s’en suivait était à la hauteur de la beauté du geste (70’).

D’autant que ce but scellait la victoire nippone : la RDP Corée ne s’en relevait pas. Le Japon faisait en effet le métier pour conserver l’avantage dans une ambiance surchauffée. Il retrouvera la République de Corée, samedi 25 septembre, en finale de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Trinité-et-Tobago 2010.