La France avait rendez-vous avec l’histoire ce samedi 13 octobre au Tofig Bahramov Stadium de Bakou. Première équipe tricolore à se qualifier pour une finale d’un tournoi féminin FIFA, elle avait l’occasion de décrocher l’or à la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Azerbaïdjan 2012. Il fallait pour cela battre la RDP Corée, qu’elle avait a déjà rencontrée en phase de groupes. Le résultat du match avait été de 1:1. 

Guy Ferrier, sélectionneur des Bleuettes, décidait pour la première fois du tournoi de repartir avec la même équipe que la rencontre précédente. Un 4-2-3-1 offensif qui avait fait ses preuves en demi-finale contre le Ghana. Rapide, collective, séduisante, la France parvenait à reproduire la même prestation en début de match.

Il fallait attendre dix minutes pour que sa domination se matérialise par une occasion de but. Parfaite meneuse de jeu, Sandie Toletti trouvait un décalage avec Léa Declercq aux abords de la surface nord-coréenne. La Nordiste enveloppait bien son ballon, mais celui-ci passait au dessus de la transversale de Rim Yong Hwa.

Un quart d’heure plus tard, la même Declercq était cette fois à la passe. Elle trouvait Kadidiatou Diani au point de penalty, qui ouvrait un peu trop son pied pour correctement cadrer (26’). Il ne manquait pas grand-chose pour que la France prenne l’avantage… Juste un petit coup de patte de Declercq. Il n'allait pas tarder à arriver. Bien lancée par Ghoutia Karchouni, l’attaquante d’Hénin-Beaumont armait un coup de canon de l'entrée de la surface. Ça faisait mouche (1:0, 33’), et c’était mérité.

La loterie pour trancher
La pause inspirait les attaquantes de la Corée du Nord qui se décidaient enfin à allumer leur première mèche, mais le missile de Kim Phyong Hwa terminait dans les nuages. Ce léger avertissement n’alarmait guère les Bleuettes toujours aussi sereines dans la circulation du ballon. Ces dernières manquaient de se faire surprendre en contre suite à tir de Ri Hyang Sim sur la transversale (63’), mais commençaient à douter.

Dès lors, la France se repliait laissant le monopole du ballon à des Asiatiques beaucoup plus fringantes. Romane Bruneau devait d’abord faire des miracles sur une tentative de Ri Kyong Hyang. Mais la gardienne des Bleuettes ne pouvait rien faire lorsque Rin Un Sim se retrouvait seule au milieu des 16 mètres, à la réception d’un ballon renvoyé par la transversale. Celle-ci n’avait plus qu’à cadrer pour égaliser et inscrire son huitième de la compétition (1:1, 79’).  

Le retour coréen n’était pas tout à fait fini. A trois minutes de la fin, Choe Yun Gyong avait la balle de match sur la tête. Elle ratait le poteau pour quelques centimètres. Esseulée à cinq mètres du but, Ri Hyang Sim avait également la possibilité de faire la décision dans les arrêts de jeu, mais son ballon rasait la transversale. 1:1 à la fin du réglementaire, France et Corée du Nord étaient décidément incapables de décider d’un vainqueur. Une séance de penalties le ferait à leur place.

Celle-ci était interminable, les deux équipes se rendant coup sur coup. Ri Un Yong manquait finalement son tir. La France est championne du monde !