Robbie Johnson, sélectionneur de la Jordanie
Je pensais que le match d'aujourd'hui serait peut-être l'occasion de montrer notre vrai visage. Nous espérions livrer une meilleure performance. Malheureusement, le but encaissé d'entrée a contrecarré nos plans. En deuxième mi-temps, nos forces nous ont abandonnés et le score s'est alourdi. Grâce à ce tournoi, nos joueuses ont pu accumuler une expérience précieuse. Je pensais qu'elles étaient plus avancées et qu'un but en début de match ne suffirait pas à les déstabiliser. Hélas, ce n'est pas encore le cas. Nous avons tout de même pu nous familiariser avec le très haut niveau international pendant ces quelques jours. Certaines filles étaient tristes, mais je leur ai dit que cette expérience devait nous rendre plus forts. En football, ce sont des choses qui arrivent.

Gareth Turnbull, sélectionneur de la Nouvelle-Zélande

Marquer cinq buts dans un match, ça n'arrive pas tous les jours. Si l'on y parvient en Coupe du Monde, c'est encore plus exceptionnel. Le match d'aujourd'hui n'avait pourtant rien de facile. En prenant l'avantage très vite, nous nous sommes cependant rassurés et nous avons mis toutes les chances de notre côté. Mais les Jordaniennes ont chèrement vendu leur peau. En deuxième période, nous avons eu beaucoup de mal à trouver des espaces et à développer notre jeu. Chaque fois que nous avons fait circuler le ballon au sol et rapidement, nous avons été dangereux. Malheureusement, nous n'avons pas été capables d'en faire autant dans les autres matches. Nous devons nous mesurer plus souvent à des équipes de haut niveau. C'est le principal enseignement que je retire de ce tournoi. Ce n'est pas facile de remédier à ce problème compte tenu de notre situation géographique, mais c'est un objectif important.