B. J. Snow, sélectionneur des États-Unis
On ne sait jamais comment des joueuses de 14, 15 ou 16 ans vont réagir. Elles découvrent la Coupe du Monde. Nous étions inquiets et nous avons tout fait pour les rassurer avant leur première sortie. Elles ont répondu présentes. Nous essayons de leur apprendre à rester humbles et à avoir conscience de leur valeur. Ce tournoi est compliqué, car c'est une première pour toutes les équipes, et il est difficile d'avoir des informations sur nos adversaires. Dans cette phase de groupes, nous devons nous concentrer sur notre jeu et avancer match après match. Il faut nous adapter aux différents styles de jeu de nos adversaires de groupe. À partir de demain, nous commencerons à préparer la rencontre face au Ghana.

Néstor Basualdo, sélectionneur du Paraguay
Le résultat est logique, les États-Unis nous ont largement dominés. Les Américaines ont gardé le ballon tout au long du match et elles méritent leur victoire. Nous devons progresser dans tous les domaines. Nous avons été surpassés sur le plan de la puissance, de la vitesse et du jeu. Il faudra nous améliorer pour avoir une chance contre le Japon, qui est, lui aussi, un adversaire redoutable. Les équipes de notre groupe viennent de pays où le football féminin est déjà bien ancré, alors que nous n'en sommes qu'aux balbutiements. Le match a mis cet écart en évidence. Aujourd'hui, nos joueuses n'ont pas joué au niveau auquel elles nous avaient habitués dans les rencontres préparatoires.