Nelson Basualdo, sélectionneur du Paraguay
Les Japonaises sont très fortes. Elles forment une équipe redoutable et vous avez pu constater aujourd'hui qu'il existe un écart entre les deux formations. J'ai dit à mes joueuses que ce match était là pour leur rappeler qu'il leur reste beaucoup de travail. Nous avons rencontré deux grosses équipes, le Japon et les États-Unis, et nous avons vécu des moments difficiles dans ce tournoi. C'est une expérience compliquée pour nous, mais c'était aussi un honneur de participer à cette Coupe du Monde. Nous allons nous servir de ce que nous avons appris ici pour continuer à progresser.

Naoki Kusonose, sélectionneur du Japon
Nous avons dû relever un certain nombre de défis pendant le match de ce soir. Les filles n'ont pas eu la partie facile. J'ai vu beaucoup d'erreurs dans notre jeu. Néanmoins, je suis satisfait de la façon dont elles ont affronté ces problèmes. Elles se sont efforcées de bien faire circuler le ballon. Si nous gardons cette attitude, nous en tirerons profit dans les prochains matches. Les Petites Nadeshiko se doivent d'évoluer à un très haut niveau et de résoudre les problèmes qui se posent à elles pendant les matches. Le principal obstacle à surmonter ici en Jordanie se situe au niveau physique. Il faut affronter le Ghana, le Paraguay et les États-Unis en l'espace de quelques jours. Je savais que ce serait dur pour mes joueuses. C'est la raison pour laquelle j'ai procédé à six changements dans mon onze de départ.