Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Nouvelle-Zélande 08

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Nouvelle-Zélande 08

13 novembre - 1 décembre

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2008

A cœurs vaillants rien d'impossible

Vicki Di Martino celebrates after scoring against Germany in the New Zealand 2008 semi-final.
© Foto-net

La préparation d'un grand match ressemble parfois à un numéro d'équilibrisme émotionnel. Il s'agit en effet pour les protagonistes de trouver le juste milieu entre concentration, motivation et relaxation.

Tout un programme, que certaines joueuses négocient en s'immergeant complètement dans le grand rendez-vous qui les attend. D'autres font au contraire tout pour ne pas y penser. Quelle solution ont adoptée les U-17 américaines à la veille de leur demi-finale contre les Allemandes ? Elles ont regardé Braveheart, la fameuse fresque historique réalisée pour le grand écran par Mel Gibson. "Si ça ne vous remonte pas à bloc avant de disputer le match le plus important du tournoi à ce jour, alors rien ne vous remontera", pouvait-on lire sur le blog de la Team US la veille de la rencontre.

Remonter, c'est précisément ce que les Américaines ont dû faire face à l'Allemagne. Menées 0:1 après six minutes de jeu, elles ont déployé une combativité digne du héros écossais pour revenir au score, avant de finalement prendre le meilleur sur les Européennes. Pour Vicki DiMartino, auteure du but de l'égalisation, nul doute que l'épopée de William Wallace a été une source d'inspiration parfaite.

"Oui, quel film ! C'est peut-être ça qui nous a permis de ne pas baisser la tête quand nous étions menées. D'une certaine manière, nous nous sommes révoltées", commente la jeune attaquante, qui n'avait que trois ans lorsque le film est sorti.

"Nous sommes d'autant plus heureuses que nous n'étions pas favorites. Dans un sondage [sur FIFA.com] où la question était de savoir qui va remporter le tournoi, la plupart des gens ont répondu l'Allemagne. Nous nous sommes battues et nous avons montré que nous étions meilleures qu'elles. C'était pourtant mal parti pour nous. Mais nous n'avons jamais lâché. Il règne une confiance telle entre nous toutes que nous n'avons pas douté un seul instant."

Pour Kazbek Tambi, entraîneur de DiMartino et compagnie, la satisfaction est double. Ses joueuses ont en effet pratiqué un football abouti, servi par un moral à toute épreuve. "Je suis extrêmement fier d'elles", déclare le sélectionneur avec enthousiasme. "Les filles auraient très bien pu jeter l'éponge après 20 minutes en se disant qu'après tout, une place de demi-finaliste en Coupe du Monde est déjà un très bon résultat. Mais c'est le contraire qui s'est produit.

Elles ont refusé la défaite car elles étaient convaincues qu'elles pouvaient mieux faire

. Il est excessivement difficile de renverser la situation dans ce genre de matches. Elles l'ont fait et ont montré par là qu'elles ont un caractère exceptionnel."

"Perpétuer la tradition"
Si Braveheart est en quelque sorte une répétition de l'histoire, il existe une autre histoire que les joueuses de Tambi aimeraient bien répéter en Nouvelle-Zélande : celle qui veut que les équipes des Etats-Unis féminines ont remporté les éditions inaugurales de toutes les grandes épreuves de la FIFA (Coupes du Monde seniors et U-20 et Tournoi Olympique). DiMartino est persuadée que ce joli palmarès s'étoffera dimanche. "Nous allons perpétuer la tradition, dit-elle sans hésiter. Nous avons déjà prouvé que nous pouvions battre les meilleures équipes. Il n'y a aucune raison que cela ne continue pas."

DiMartino sait de quoi elle parle, elle qui a trouvé le chemin des filets à chacune des sorties américaines dans la compétition. Seule joueuse du tournoi à avoir réussi cette performance, elle peut encore prétendre au Soulier d'Or adidas, qui sera remis dimanche à la meilleure buteuse de ce Nouvelle-Zélande 2008. "Vicki est phénoménale", lâche Tambi au sujet de son attaquante de 17 ans. "

Marquer à chaque match jusqu'en demi-finale, c'est quand même incroyable

."

Au classement des buteuses, DiMartino compte aujourd'hui une longueur de retard sur la numéro 10 allemande Dzsenifer Marozsan. Fidèle à son optimisme naturel, la jeune New-Yorkaise lance : "Je suis sûr que je peux y arriver. Cela dit, mon état d'esprit sur le terrain n'est pas de marquer à tout prix, mais plutôt de tout faire pour gagner le match."

"Cette finale va être un match énorme. Je suis impatiente d'y être. Concernant la Corée du Nord, je dirais que toutes les équipes asiatiques ont un style de jeu assez semblable, qui peut faire très mal. On l'a vu contre le Japon. Mais je pense que nous sommes mieux préparées. Ce qui est sûr, c'est que nous avons les moyens de gagner cette finale." Au vu de leur forme actuelle, les Américaines pourront peut-être même se passer de séance cinéma avant d'affronter la RDP Corée.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Korea Republic's two-goal heroine Jon Myong Hwa in action against Denmark.

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2008

Banco sur le dix rouge

14 nov. 2008

Courtney Verloo of the USA celebrates scoring the winner against Germany

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2008

Les USA terrassent l'Allemagne (2:1)

13 nov. 2008

Dzsenifer Marozsan leads the celebrations after Germany's quarter-final win over Canada.

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2008

Les Allemandes favorites des utilisateurs

12 nov. 2008

Kristie (L) and Sam Mewis relax on a punt ahead of their semi-final against Germany in Christchurch.

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2008

Deux sœurs, une passion commune

11 nov. 2008

Match 30 : Germany - USA

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2008

Match 30 : Germany - USA

13 nov. 2008

New Zealand 2008: USA

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2008

New Zealand 2008: USA

07 nov. 2008