Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Uruguay 2018

13 novembre - 1 décembre

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2018

Flores, le football comme langue universelle

© Getty Images

"Je joue pour le Mexique et je suis en finale d'une Coupe du Monde !", s'exclame Silvana Flores en espagnol avec une pointe d'accent anglais. Fille d'un ancien footballeur mexicain, elle est née et a vécu pendant 14 ans au Canada, le pays de sa mère, avant de s'installer en Angleterre, où elle réside aujourd'hui.`

En cours de route, la milieu de terrain centrale s'est entraînée avec les équipes féminines de jeunes du Canada, des Iles Caïmans et d'Angleterre, avant de rejoindre le Mexique.

"Mon père est entraîneur, et il dirigeait les U-15 des Iles Caïmans. J'avais 11 ans et comme il n'y avait pas beaucoup de filles qui jouaient au football sur l'île, j'allais m'entraîner avec elles", confie-t-elle à FIFA.com.

Silvana est rapidement apparue sur le radar des U-15 canadiennes. À cette occasion, elle a même fait partie de l'équipe dont certaines filles se sont retrouvées dans la sélection canadienne battue par le Mexique en demi-finales d'Uruguay 2018. "C'était vraiment un match spécial pour moi", reconnaît-elle.

Silvana en Uruguay

  • Matches : 5 (tous en tant que titulaire)
  • Minutes de jeux : 418 (la septième avec le plus de temps de jeu)
  • Moyenne : 83',6'' par rencontre

Son déménagement à Ipswich lui a permis de faire un essai avec équipe d'Angleterre, pour qui elle n'a finalement pas joué. Car c'est à cette époque que le Mexique lui a proposé de faire un essai, et c'est alors que tout a commencé à prendre forme pour la milieu de terrain.

"J'ai toujours eu l'impression qu'il me manquait quelque chose ailleurs, et je l'ai trouvé là. J'aime le style de jeu, mais j'aime aussi la passion avec laquelle vous vivez", déclare Flores, qui a manqué une partie de la saison 2017 en raison d'une blessure au genou, y compris les qualifications pour cette Coupe du Monde.

Après avoir rejoint l'équipe U-17 en septembre dernier, Silvana a trouvé le bonheur. "Depuis que je suis arrivée ici, les filles sont devenues mes amies. Nous formons maintenant famille, et c'est également vrai sur le terrain : quelqu'un presse, une deuxième vient vous aider. Si quelqu'un tombe, quelqu'un vient à la rescousse. Nous tirons toutes dans le même sens."

Elle sait que ces qualités, les Mexicaines en auront besoin si elles veulent battre l'Espagne et remporter le premier titre mondial féminin de leur pays.

"Nous avons joué un match amical contre elles ici avant le tournoi et nous avons perdu 2-1. Mais les deux buts espagnols ont été marqués sur des erreurs de notre part. Le match a été serré, et au niveau de la possession et des occasions, c'était équilibré. C'est pourquoi je dis que nous avons tout pour gagner ce match."

© Getty Images

Le saviez-vous ?

  • Son club : "Je joue avec les U-21 de l'équipe féminine d'Arsenal et j'espère pouvoir intégrer l'équipe première."
  • Une famille de footballeurs : "Mon frère et ma sœur jouent tous les deux au football, à un très bon niveau. Ils veulent tous les deux, eux aussi, représenter le Mexique."
  • À part le sport : "J'aime bien le piano, je parle trois langues (anglais, espagnol et français) et j'aime lire, surtout de la science-fiction et des romans."
  • Le Mexique dans sa vie : "Je voyage beaucoup parce que j'ai des grands-parents, des oncles et des cousins un peu partout. J'aime tout de la culture mexicaine, surtout la musique et la nourriture. J'adore les *quesadillas, les flageolets et les chilaquiles."

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2018

Espagne et Mexique pour un titre historique

30 nov. 2018

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2018

López, la loi du milieu

29 nov. 2018

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2018

Les plus beaux atours des prétendantes 

29 nov. 2018

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2018

L’Espagne s'offre une revanche, le Mexique une première

29 nov. 2018