Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Uruguay 2018

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Uruguay 2018

13 novembre - 1 décembre

Uruguay 2018

Hôtesses sous pression et symbole pour le Japon

Brazil and Japan players shake hands after their goalless draw
© Getty Images
  • Les équipes en lice se préparent à effectuer leur deuxième sortie en Uruguay
  • Le Ghana et la Nouvelle-Zélande visent un second succès de rang
  • Dans le Groupe B, toutes les équipes sont à égalité

Tout de suite, la suite ! Le rideau se lève sur la deuxième journée de la phase de groupes de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2018. Dans le Groupe A, l’Uruguay, pays hôte de la compétition, tentera de faire oublier sa lourde défaite en ouverture, à l’occasion du match contre la Nouvelle-Zélande. Dans l’autre affiche de la poule, les Finlandaises donneront la réplique au Ghana. La situation est on ne peut plus ouverte dans le Groupe B : les quatre équipes s’étant séparées sur des nuls vierges, tout reste à faire. Le Mexique se prépare à affronter le Brésil à l’Estadio Domingo Burgueno Miguel de Maldonado, tandis que le Japon se mesurera à l’Afrique du Sud. FIFA.com dresse l’état des forces en présence à l’aube de cette troisième journée de compétition en Uruguay.

Les matches

Groupe A : Uruguay - Nouvelle-Zélande | Finlande - Ghana

Groupe B : Mexique - Brésil | Japon - Afrique du Sud

À savoir

Pour quelques buts de plus : En cinq participations à la Coupe du Monde Féminine U-17, le Japon a inscrit 98 buts. Les Asiatiques affichent pour l’heure la meilleure attaque de l’histoire du tournoi. Lors de leur première sortie en 2018 face au Brésil, les Japonaises sont toutefois restées muettes. Leur prochain duel contre l’Afrique du Sud leur offre une nouvelle occasion de franchir la barre symbolique des 100 buts, mais l’affaire est loin d’être entendue car les Africaines ont démontré face au Mexique qu’elles n’étaient pas du genre à plier facilement. Régulièrement sollicitées, la gardienne Kay-Dee Windvogel et ses partenaires ont résisté aux assauts mexicains jusqu’au coup de sifflet final.

Kay-Dee Windvogel #1 of South Africa makes a diving save against Mexico
© Getty Images

La maîtrise sans puissance : Pour sa première apparition en Coupe du Monde Féminine U-17, la Finlande a confisqué le ballon. Avec 70% de possession, les Nordiques ont fait admirer leur sens du collectif. Mais avec seulement deux tirs sur l’ensemble de la rencontre, la percussion a laissé à désirer. Dans ce secteur, les Ghanéennes se sont révélées beaucoup plus performantes : face aux hôtesses uruguayennes : les Black Maidens ont tenté leur chance à 24 reprises.

Jenna Topra of Finland carries the ball forward
© Getty Images

Un coup d’œil dans le rétroviseur : Le Brésil garde de bons souvenirs de ses confrontations face au Mexique. En effet, les deux équipes s’étaient croisées durant la phase de groupes de la Coupe du Monde Féminine U-17 2012 en Azerbaïdjan, rencontre qui s’était soldée par une victoire 1-0 des Sud-Américaines. L’unique but de la partie avait été inscrit par Byanca. Entrée en cours de jeu, elle avait donné la victoire à son équipe sur une frappe enroulée, partie se ficher dans la lucarne du but mexicain.

Brazil's Jheniffer holds off Momoka Kinoshita of Japan
© Getty Images

Une malédiction tenace : Ils étaient près de 10 000 spectateurs pour encourager le pays hôte à l’Estadio Charrua de Montevideo. Avant le coup d’envoi, 2 000 enfants ont interprété une chanson traditionnelle qui a enchanté tout le monde, sur le terrain comme en tribunes. Mais rien n'y a fait : l'Uruguay s'est tout de même incliné. Ce revers marque la douzième défaite consécutive d’un pays hôte en Coupe du Monde Féminine U-17. La Jordanie, le Costa Rica et l’Azerbaïdjan ont mordu la poussière à chacune de leurs sorties à domicile ; en 2010, Trinité-et-Tobago avait également perdu ses deux derniers matches de groupe.

Uruguay v Ghana - FIFA U-17 Women's World Cup Uruguay 2018
© Getty Images

Les joueuses à suivre

  • Kay-Dee Windvogel (Afrique du Sud), a contribué au premier match sans concéder de but de l'Afrique du Sud
  • Tuuli Enkkila (Finlande), capitaine de la Finlande, rouage essentiel pour faire le lien entre l'attaque et la défense
  • Nicole Perez (Mexique), capitaine du Mexique, métronome de l'entrejeu avec une grande capacité à imposer le tempo
  • Kelli Brown (Nouvelle-Zélande), attaquante auteure du premier but d'Uruguay 2018

Explorer le sujet

Articles recommandés