Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Trinité-et-Tobago 2010

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Trinité-et-Tobago 2010

Reporté

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2010

La Roja sur un nuage

Amanda Sampedro of Spain in action
© Getty Images

Le football féminin est un sport encore jeune et assez peu populaire en Espagne. C'est pourquoi la qualification des Rojitas pour les demi-finales de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Trinité-et-Tobago 2010 est un succès historique. Pour la deuxième participation d'une sélection espagnole à une Coupe du Monde Féminine de la FIFA (après Thaïlande 2004), la première dans la catégorie U-17, les joueuses entraînées par Jorge Vilda ont réussi non seulement à passer le premier tour, mais également à se hisser dans le dernier carré.

"La recette du succès de ce groupe est que nous formons une équipe sur le terrain et en dehors. Cette unité de tous les instants se ressent sur la pelouse, explique la capitaine Amanda Sampedro, qui en guise de présentation donne une rapide définition du jeu espagnol : notre équipe manie très bien le ballon. Nous avons un excellent sens du placement et une philosophie complètement tournée vers la possession de balle."

Amanda est une milieu de terrain infatigable, travailleuse mais également très instinctive devant le but adverse, même si elle n'a pas encore marqué à Trinité-et-Tobago. "Ça ne s'est pas encore produit mais en même temps, marquer n'est pas une obsession. Le plus important est que l'équipe gagne les matches. Après, peu importe l'identité des buteuses. Cela dit, je ne vous cacherai pas que j'aimerais bien marquer au moins une fois avant la fin de cette Coupe du Monde."

Ambition légitime, surtout quand on est à un match de la finale. Cependant, la prudence est de mise. "Pour l'instant, nous ne pensons qu'à la demi-finale. Ça ne sert à rien de penser à autre chose. Mieux vaut se concentrer sur ce match", ajoute la jeune joueuse.

À un match de la finale
"Comme toute équipe qui dispute une Coupe du Monde, nous voulons aller au bout. Mais comme c'est notre première participation à cette épreuve, nous avons pris les matches les uns après les autres, sans nous mettre la pression, et ça nous a plutôt bien réussi", explique la pensionnaire de l'équipe féminine de l'Atlético de Madrid. Malgré son affiliation au club rojiblanco, elle ne cache pas son admiration pour un joueur qui évolue chez le grand rival madrilène : Cristiano Ronaldo.

Pour atteindre la finale rêvée, Amanda et ses coéquipières doivent d'abord prendre le meilleur sur la République de Corée en demi-finale. "C'est une équipe assez complète et équilibrée, bonne tactiquement, travailleuse et appliquée sur le plan tactique. Elles aiment bien avoir le ballon. Elles ne ferment pas le jeu, ce qui peut nous convenir. Si nous jouons notre football habituel, nous pouvons gagner ce match", assure-t-elle.

Après avoir sorti le Brésil et infligé une sévère défaite au Japon en guise d'entrée en matière, l'Espagne aurait tort de ne pas croire en ses chances. Le moral de l'équipe est au beau fixe et la popularité du football féminin dans la péninsule ibérique devrait s'en ressentir.

Avant de plonger dans le grand bain de la demi-finale, la sélection espagnole se détend et profite de son temps libre pour visiter la célèbre plage de Maracas, avec un détour par le centre commercial du coin. "C'est une expérience fantastique qui nous aidera beaucoup dans notre carrière de footballeuse. Tout le monde n'a pas la chance de jouer une Coupe du Monde", réfléchit Amanda. Avant de conclure : "Cela nous incite à continuer le travail pour espérer un jour jouer avec l'équipe nationale senior".

Explorer le sujet

Articles recommandés

Hikaru Naomoto of Japan celebrates her first half penalty

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2010

Le triomphe de la stabilité

18 sept. 2010

Amanda Sampedro, capitaine de la sélection espagnole

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2010

Amanda Sampedro, capitaine de la sélection espagno...

18 sept. 2010