La quatrième séance de tirs au but de l'histoire de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA a permis au Nigeria de s'imposer par 3:0 sur l'Espagne et de conquérir son troisième titre mondial de la catégorie. Le match a eu lieu dimanche 9 septembre dans le Stade de la Coupe du Monde de Séoul.

Comme souvent dans ce genre de configurations, c'est le gardien de l'équipe victorieuse qui revêt le costume du héros, en l'occurrence le Nigérian Oladele Ajiboye, qui a repoussé deux des trois tentatives espagnoles. De cette façon, les Golden Eaglets de Yemi Tella ont écrit leurs noms aux côtés des vainqueurs des éditions Chine 1985 et Japon 1999.

Ce dernier match de Corée 2007 a opposé deux équipes qui ont constamment eu davantage envie de gagner que d'éviter la défaite. C'est pourquoi la première mi-temps a été aussi intense. Comme on le prévoyait, l'Espagne démarre la rencontre avec la possession du ballon. Composé de cinq joueurs, dont les très mobiles Fran Mérida, Iago et Lukas, le milieu de terrain mis en place par Juan Santisteban est taillé pour manœuvrer le cuit. Devant, c'est le combattant Dani Aquino qui a la lourde charge de faire oublier Bojan.

Le Nigeria, de son côté, a fait le pari de la verticalité, Rabiu Ibrahim cherchant systématiquement Ademola Rafeal ou Ganiyu Oseni sur les couloirs, ou bien Macauley Chrisantus dans la profondeur.

Ce choc tactique donne lieu à de nombreuses occasions de but, en particulier une bonne frappe de Rafeal au ras du poteau droit de David de Gea (29') et un tir de près de Sergio repoussé sur la ligne par un défenseur nigérian, derrière un Ajiboye battu (34'). En lançant sur l'aile gauche le feu follet Sheriff Isa à la place de Rafeal à la mi-temps, Yemi Tella cherche à donner plus de profondeur à son équipe. La première occasion est pourtant à mettre au crédit de l'Espagne, lorsque Aquino rate de peu un centre-tir de Isma López (46').

Côté nigérian, on ne manque pas d'inventivité, mais c'est souvent la précision qui fait défaut. Du coup, De Gea n'est inquiété que sur deux centres vicieux, mais rien d'alarmant. En revanche, la frappe de King Osanga (57') pose plus de problèmes au portier ibère, obligé de se détendre. Contrainte à défendre, l'Espagne en profite pour placer des contre-attaques. Ainsi, sur une passe longue, Fran Mérida repique au centre depuis son flanc gauche et tente sa chance. Mais Ajiboye veille au grain (69').

A dix minutes du terme, les deux entraîneurs interviennent sur leurs effectifs, Tella aux avant-postes et Santisteban dans l'entrejeu. La victoire manque de basculer d'un côté puis de l'autre dans les dernières minutes, mais les gardiens sont présents. Ajiboye repousse des frappes de Aquino (90'+1') puis de Fran Mérida (90'+3), alors que De Gea est testé par Isa (90'+2').

Les prolongations génèrent elles aussi leur lot d'émotions. Tout d'abord, Kabiru Akinsola est tout près d'inscrire un but d'anthologie lorsqu'il remarque la position avancée de De Gea et tente un superbe lob. Mais les dieux du football ne sont pas avec lui, qui font rebondir le cuir sur la barre (105'). Quelques minutes pus tard, c'est au tour d'Oseni se tenter sa chance du droit, en profitant d'un joli décalage (113'). Avant le coup de sifflet final, Ajiboye se distingue en envoyant en corner une frappe du gauche de Iago (127').

Malgré cette activité débordante, le tableau d'affichage atteint les 120 minutes sans bouger une seule fois. Les tirs au but sourient au Nigeria, qui marque par le biais de Matthew Edile, Daniel Joshua et Ganiyu Oseni. Si Illarramendi rate la première tentative espagnole, Ajiboye offre le titre aux siens en repoussant les frappes de Fran Mérida et de Iago.