La soirée a souri au Burkina Faso, qui a fait sa part du boulot en dominant le Costa Rica (4:1), tout en bénéficiant du nul néo-zélandais contre la Turquie. Grâce à ce succès obtenu ce samedi 31 octobre sur la pelouse du stade Nnamdi Azikiwe d'Enugu, les jeunes Etalons assurent leur présence au second tour.

La victoire était indispensable pour les Burkinabés pour poursuivre leur aventure nigériane. Et ils n'ont pas flanché ! Dès la 12ème minute, la défense costaricaine donne ses premiers signes de faiblesse lorsque Zidane Zoungrana, bien servi en profondeur, pique le ballon au-dessus de Mauricio Vargas (12', 1:0). Une occasion, un but : le Burkina Faso a retenu les leçons de son manque de réalisme des deux premiers matches. De difficile, la mission devient impossible une minute plus tard lorsque Adrian Mora se voit brandir un carton rouge. Curieusement, c'est à dix que les Ticos se créent la meilleure occasion, mais le coup franc de Joel Campbell est impeccablement arrêté par Germain Sanou.

Mais dans de telles conditions, difficile d'éviter l'inévitable pour les garçons de Juan Diego Samuel. 0 sept minutes de la pause, Abdoulaye Ibrango est servi idéalement depuis le milieu de terrain et son tir à ras de terre ne laisse aucune chance au portier centraméricain (38', 2:0).

Le mot de la fin pour le benjamin
La deuxième période est une copie conforme de la première, les buts en moins. Les Africains continuent à dominer, profitant pleinement de leur avantage numérique. Mais gérer un résultat n'est pas dans la culture du football burkinabé. Les Etalons continuent de se ruer à l'attaque de Costaricains débordés. N'étant plus portés que par leur fierté et leur volonté d'éviter la correction, les jeunes Ticos défendent vaillamment. Mais leur courage n'est pas suffisant face au talent de Louckmane Ouedraogo. En fin de rencontre, l'attaquant du club ghanéen du Feyenoord Fetteh, corse l'addition et envoie définitivement son équipe en huitième de finale (82', 3:0).

Mais il ne sera pas le dernier buteur de ce match puisque deux joueurs lui raviront tour à tour cet honneur. Le Costa Ricain Juan Golobio dépose d'abord un coup franc dans les filets de Sanou (85', 3:1) avant que Bertrand Traore, le plus jeune joueur du tournoi, n'inscrive à son tour son nom au tableau d'affichage (90', 4:1).

Le Burkina Faso tient sa qualification, tandis que les Costaricains boivent le calice jusqu'à la lie. Ils auront sans doute encore la gueule de bois en montant dans l'avion qui les ramènera au pays en se disant qu'ils ont raté leur tournoi.