Vainqueur du Honduras ce mardi 27 octobre au National Stadium d'Abuja, le Nigeria a décroché sa première victoire dans "sa" Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2009. Les Golden Eaglets ont largement dominé des Catrachos trop timorés mais ne l'ont emporté que par la plus petite des marges, la faute à une maladresse offensive qu'il faudra absolument corriger s'ils veulent planer sur le monde une nouvelle fois.

L'Argentine s'étant qualifiée pour les huitièmes de finale plus tôt dans la journée, il ne restait plus qu'une place directement qualificative dans le Groupe A, et les Nigérians semblaient décidés à s'en approcher en commençant la rencontre avec quatre attaquants. Pas suffisant pourtant pour impressionner les Honduriens, concentrés et appliqués en défense, ne concédant que peu d'occasions. Si bien qu'il faut attendre le quart d'heure de jeu pour trouver trace du premier réel danger nigérian. Le virevoltant Stanley Okoro déboule côté gauche et centre pour Edafe Egbedi, esseulé au second poteau, mais sa frappe puissante est claquée par Harold Fonseca (15').

Okoro se procure encore deux opportunités, mais sa première frappe est déviée par le tacle d'Ever Alvarado (24') tandis que la deuxième, une frappe croisée du gauche l'est justement trop, et n'inquiète pas Fonseca (28'). Côté hondurien, c'est le calme plat. On résiste et on balance de longs ballons pour Antony Lozano, trop esseulé pour créer le danger. A la pause, les Catrachos n'ont pas frappé une fois au but.

Ajagun enroule, le Nigeria déroule
Le discours d'Eugenio Umanzor a peut-être été musclé dans le vestiaire centraméricain, puisque dès la reprise, Lozano donne enfin du travail à Dami Paul. Mais sa frappe à mi-hauteur est déviée en corner par une superbe horizontale du portier africain. Mais l'illusion ne dure pas et le Nigeria reprend sa domination qui manque de se concrétiser par une tête d'Okoro, seul au point de penalty, mais qui passe au-dessus. L'attaquant de Heartland se rattrape dans la minute suivante en adressant depuis le côté droit une passe en retrait parfaite pour Abdul Ajagun dont la frappe enroulée finit sous la barre (55', 1:0).

L'entraîneur hondurien se décide finalement à lancer un autre attaquant dans la bataille, en l'occurrence Hector Matute. Il se signale immédiatement d'une tête pas assez appuyée et d'un tir lointain trop écrasé. Peut-être les Catrachos regretteront-ils cette prise de risque tardive puisque malgré quelques belles combinaisons, ils ne parviendront pas à faire leur retard.

Le Nigeria se rendra à Bauchi pour affronter l'Argentine avec quatre points en poche, et son destin en main. Quant au Honduras, il poursuivra son apprentissage face à une Allemagne obligée de gagner. Encore un moment difficile en perspective...