L'Espagne s'est qualifiée pour le dernier carré en battant l'Uruguay lors du quart de finale disputé ce lundi 9 novembre au stade Ahmadu Bello de Kaduna. Après une première période agitée, une seconde complètement folle et une séance de tirs au but, la Furia Roja a décroché un billet qui lui permettra d'affronter le Nigeria ou la République de Corée en demi-finale.

Dans le sillage d'un Pablo Sarabia intenable sur le côté gauche, la sélection ibérique prend rapidement le contrôle. Servi par le feu-follet, Borja coupe au premier poteau, mais Diego Polenta a la bonne idée d'en faire de même et dévie en corner (5'). Une minute plus tard, le une-deux est parfait entre Iker Muniain et Borja, mais la frappe du prodige de l'Athletic Bilbao est bloquée par Salvador Ichazo. Mais l'Uruguay sait encaisser et profiter de ses rares occasions. Après une faute de Sergi Gomez sur Adrian Luna, l'attaquant se charge lui-même de la sentence et voit son coup franc direct, dévié par la tête de Borja, tromper le malheureux Edgar (10', 0:1).

Mais la Celeste ne met que quelques minutes à passer du rêve au cauchemar, en l'occurrence celui de Federico Sarraute. Pour son premier match du tournoi, le défenseur charrua commet une faute dans sa surface su Sarabia, et reçoit un carton jaune. Isco prend Ichazo à contre pied pour ramener les Espagnols à haueur (16', 1:1). Un quart d'heure plus tard,  deuxième acte de la tragédie uruguayenne : Sarraute commet sa deuxième faute dans la surface, reçoit sa deuxième biscotte, synonyme d'exclusion, et concède un deuxième penalty. Donc deuxième but pour l'Espagne ? Non, car Ichazo plonge du bon côté pour sortir la frappe de Sergi Roberto (33'). Au lieu de profiter de leur supériorité, les Ibères sombrent au contraire dans la panique. Et juste avant la pause, c'est le capitaine Marc Muniesa qui laisse ses coéquipiers à dix.

Gallegos attend son heure
A la reprise, Sarabia passe à droite mais se montre toujours insaisissable. Son premier débordement se solde par un centre en retrait parfaitement repris par Borja, qui envoie sous la barre la balle du 2:1 (49')... et remet ça dans la minute suivante ! Un superbe contre relayé par Muniaiz est conclu par une frappe croisée de l'attaquant, qui rejoint son adversaire Sebastian Gallegos en tête du classement des buteurs (50', 3:1). Le match semble plié pour tout le monde, sauf le remplaçant Gabriel Mezquida qui, à la retombée d'un coup franc par-dessus la défense, devance Edgar du bout du pied, malgré le retour sur sa ligne de Sergi Gomez (71', 3:2). Discret pendant toute la partie, Gallegos décide de sortir de sa boîte pour sauver son équipe. A cinq minutes du terme, il remet les deux équipes à égalité et reprend sa première place au classement des buteurs (84', 3:3).

En début de prolongation, Mezquida frappe la base du poteau, mais c'est l'Espagne qui se crée les meilleurs occasions, sans toutefois parvenir à les concrétiser. C'est donc des onze mètres que se décide la place de demi-finaliste. Isco sera le héros de la séance en inscrivant le tir décisif et enverra sa formation au paradis.