Auteur d’un sans-faute, le Mexique devait encore franchir un obstacle de taille, l’Uruguay, pour parachever son parcours de rêve. Sa victoire 2:0 lui permet de remporter "sa" Coupe du Monde U-17 de la FIFA ce dimanche 10 juillet 2011.

Les joueurs ne pouvaient rêver cadre plus somptueux que le mythique stade Azteca pour finir en apothéose. C’est dans ce temple du football que 100 000 amateurs de ballon rond, pour l’essentiel acquis à la cause mexicaine, s’étaient massés pour assister au match de la consécration. 

Le match voyait deux équipes bien organisées se jauger. La peur d’encaisser un but l’emportant sur l’envie d'en marquer, El Tri monopolisait le ballon sans pour autant créer du danger face au but des Charruas. Le stade ne demandait qu’à vibrer au rythme de ses couleurs. La rencontre se décantait peu à peu lorsque Guillermo Mendes (26’) manquait de peu d’ouvrir la marque sur la première véritable occasion de cette partie. Une opportunité qui avait le don de pousser les Mexicains à accélérer le jeu avec à la clé une occasion cinq étoiles pour Carlos Fierro (29’).

Ce n’était que partie remise. Deux minutes plus tard, Fierro était à la réception d’un corner qu’il remisait dans la surface vers Antonio Briseño, libre de tout marquage. Le capitaine mexicain délivrait ses compatriotes en inscrivant le premier but de cette finale (31’, 0:1). A la 34ème, le dernier rempart mexicain était battu sur une frappe croisée d’Elbio Álvarez mais c’est sur le poteau que le ballon venait finir sa course. Les Tricolores avaient peut-être fait le plus difficile en prenant une première fois le meilleur sur la défense la moins perméable de la compétition.

Mainmise mexicaine

Le deuxième acte reprenait sur même mode. D’un coté, des Sud-Américains prêts à bondir dans la moindre brèche offerte par leurs adversaires. De l’autre, des Aztèques cherchant à trouver la faille dans le bloc défensif de la Celeste tout en prenant le contrôle du cuir. Entré en cours de match, Juan San Martín, l’une des fines gâchettes mexicaines, trouvait à son tour le cadre (62'). Jorge Espericuelta s’était lui aussi montré très menaçant à la 54ème après un bel enchainement aux abords du grand rectangle.

Les joueurs de Fabián Coito ne parvenaient pas à reprendre les devants. Ils devaient, le plus souvent, s’en remettre aux coups de pied arrêtés pour espérer inquiéter Richard Sanchez. Seul Leonardo Pais se montrait capable de créer du danger à la 69ème. Il fallait attendre les dernières minutes de jeu pour voir le couperet tomber sur l’Uruguay.

Le Mexique doublait la mise des pieds de Giovani Casillas. A la réception d’une passe d'Arturo González, il ne laissait aucune chance à Jonathan Cubero d’une frappe croisée (90’+2, 0:2). La messe était dite, les tombeurs du Brésil étaient K.O debout.

Six ans après avoir gagné le titre suprême de la catégorie au Pérou, le Mexique remporte une seconde Coupe du Monde U-17 de FIFA. Acquise sur ses terres, elle revêtira certainement une saveur supplémentaire. El Tri laisse définitivement son empreinte dans cette compétition à la plus grande joie du stade Azteca qui peut enfin exulter.