Pour ses premiers pas dans une Coupe du Monde U-17 de la FIFA, le Panama s’est offert le scalp du champion d’Afrique en titre de la catégorie, le Burkina Faso. Les Centraméricains ont acquis ce succès dans la douleur face à des Etalons sans imagination offensive.

Peu intimidé par l’enjeu, le Panama décidaient d’entrée de faire sienne la pelouse de l’Estadio Corregidora de Queretaro. Il se procurait logiquement les premières occasions. Alfredo Stephens d’une superbe frappe aux 15 mètres frappait ainsi la transversale (3’), tandis que Dario Wright quelques secondes plus tard manquait d’un rien le cadre burkinabé.

La pression imposée par les Canaleros allait payer. Jorman Aguilar profitait d’un ballon mal renvoyé par Issouf Paro pour battre Seni Ouedraogo et ouvrir par là même le compteur buts panaméen dans l’épreuve reine U-17 (0:1, 22'). Piqué au vif, le Burkina Faso se rebiffait enfin. Ben Zerbo par deux fois mettait au supplice la défense panaméenne. Le portier Ivan Picart d’abord (24’) puis le défenseur Francisco Narbon (33’) sauvaient les meubles.

Le tir des 25 mètres d’Ismael Bandé juste avant la mi-temps ne redonnait guère le sourire au Burkinabés, puisqu’il frôlait le montant droit de Picart. Si la pause tombait à point nommé, elle n’allait guère donner d’inspiration aux Africains. D’ailleurs, c’est encore le Panama qui prenait les choses en mains en début de seconde période.

Ainsi à la 49ème minute, Francisco Narbon réceptionnait la balle à trois petits mètres du but de Ouedraogo. Mais le défenseur panaméen, dos au but, ne parvenait pas à mettre la puissance suffisante pour faire trembler les filets. Cela allait être la seule occasion de but panaméenne de la seconde mi-temps.

Les Canaleros avaient en effet décidé de laisser les clés du jeu au Burkina Faso. Mais sans idée ni arme, il ne se procurait pas la moindre action de but non plus. Si ce n’est peut-être ce plat du pied d’Ousmane Nana que Picart stoppait avec brio (86').

Le Panama s’offrira l’occasion d’écrire la seconde page de son histoire face à l’Equateur le 23 juin prochain. En cas de succès, il décrochera vraisemblablement son sésame pour le second tour. Le Burkina Faso tentera de trouver davantage d’imagination face à une équipe d’Allemagne qui n’en a pas manqué lors de son premier match (6:1).