Euphorique face à l’Argentine en match d’ouverture du Groupe B (3:0), la France a été raménée sur terre par le Japon lors de son second match de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2011 (1:1).

Pour brouiller les pistes ou mettre tout le monde dans le coup, Patrick Gonfalone décidait d’opérer pas moins de quatre changements dans son onze de départ. Il décidait notamment de se passer de Yassine Benzia pourtant à son avantage lors du premier match. Hirofumi Yoshitake l’imitait reléguant cinq de ses titulaires sur un banc que retrouvait Masaya Matsumoto, héros du match face à la Jamaïque (1:0).

Dans les premières minutes, les Tricolores laissaient le ballon à des Japonais bien organisés. Pour autant le Speedcell ne parvenait pas à visiter la surface de réparation française, la faute à un excellent quadrillage du onze bleu. La France se créait d’ailleurs la première occasion, l’œuvre d’Antoine Conte des 18 mètres. Mais le ballon du Parisien était bien bloqué par Kosuke Nakamura (10’).

Abdallah Yaisien, son partenaire en club, allait avoir plus de réussite. Il profitait d’un bon travail de Adam Nkusu sur l’aile gauche pour transformer instantanément l’offrande de l’ailier gauche en but (1:0, 24’). La France prenait les risques, elle en était récompensée. Elle essayait même de doubler la mise. Mais la frappe de Conte trouvait les gants de Nakamura (28’), celle de Nangis les panneaux publicitaires (32’).

Les Samouraïs Bleus attendaient la fin de la première mi-temps pour trouver enfin des espaces dans la défense française. D’abord Hideki Ishige (35’) armait une frappe tendue que parvenait à parer Lionel Mpasi Nzau, puis Musashi Suzuki (40’) enlevait trop sa frappe. Cette révolte nippone n’était toutefois pas anodine.

De retour des vestiaires, les Japonais se ruaient sur le but français et obtenaient l’égalisation. L’excellent Ishige s’écroulait entre deux Bleuets dans les 16 mètres et se faisait justice lui-même à onze, en prenant à contre pied Mpasi Nzau sur penalty (49’). Les Japonais étaient déchaînés. Particulièrement Ishige. Le milieu de terrain se montrait par trois fois à son avantage (60', 62', 64') mais ne faisait pas la différence.

Dépassée, la France s’en remettait au talent de Benzia, tout juste entré. Le Lyonnais, malgré un joli dribble, ne parvenait pourtant pas à enchaîner avec une belle frappe (67’). Cela était la seule véritable occasion européenne de la seconde période. Car les minutes défilant, et face à cette très séduisante équipe japonaise, les Tricolores décidaient de fermer la boutique et de préserver ce qui pouvait encore l’être : un bon point.

La France tentera de retrouver de sa superbe face à la Jamaïque lors de son dernier match du Groupe D, le 24 juin. Comme le Japon face à l’Argentine, elle aura l’occasion de composter, en cas de victoire, son billet pour les huitièmes de finale.