Après le 6:1 infligé au Mexique pour son entrée dans la compétition, le Nigeria retrouvait le champion en titre en finale, ce vendredi 8 novembre.

Devant un public bouillant, où les fans nigérians étaient une nouvelle fois les plus nombreux et les plus bruyants, les Golden Eaglets ont lancé les hostilités par Musa Yahaya, qui s'élevait au second poteau pour smasher une tête juste au dessus de la barre. Le Mexique ne tardait pas à montrer également sa détermination par une frappe au sol d'Alejandro Diaz, puis une tête sous la barre d'Ivan Ochoa, bien boxée par Dele Alampasu.

Toutes ces actions en moins de 10 minutes annonçaient une ouverture du score précoce, qui arrivait par un beau mouvement à trois. Kelechi Iheanacho lançait Taiwo Awoniyi, qui trouvait Musa Yahaya dans la profondeur. Ce dernier se faisait reprendre au moment de la frappe par Erick Aguirre, mais le milieu de terrain poussait le ballon dans son propre camp (9', 1:0).

L'occasion la plus nette des Aztèques intervint à la demi-heure de jeu sur un coup franc lointain d'Ulysse Rivas, qui trouvait Ochoa près du poteau gauche, mais Alampasu fermait bien la porte. Les champions en titre étaient bien heureux de ne compter qu'un but de retard en rentrant au vestiaire après avoir subi un déluge d'occasions franches. 

Et de six pour Iheanacho
Il y a d'abord eu Awoniyi, trouvé une fois de plus les yeux fermés par Iheanacho, qui crochetait Raul Gudino mais ne réussissait pas à redresser le ballon vers le but vide. Il y eut ensuite le tir de Yahaya sur la barre transversale, et surtout le génial retourné acrobatique d'Awoniyi sur corner, sur lequel Gudino avait un beau réflexe.

Ça n'était que partie remise. Dix minutes après la pause, le capitaine Musa Mohammed déclenchait une frappe soudaine dont la puissance prenait de court Gudino, qui relâchait la balle dans les pieds d'Iheanacho, qui reprenait instantanément et portait son total à six buts dans le tournoi. Le numéro 10 allait ensuite, comme à son habitude, célébrer son but à la manière de son catcheur préféré, à l'unisson avec ses coéquipiers et devant des supporters en transe. 

Les Mexicains auraient pu offrir aux leurs un peu de suspense si Ochoa avait su ajuster son coup de tête à bout portant à l'entame du dernier quart d'heure. Au lieu de cela, ce fut Mohammed qui nettoyait la lucarne de Gudino sur coup franc quelques minutes plus tard (81', 3:0).

La messe était dite, le Nigeria pouvait tranquillement se diriger vers le quatrième titre de son histoire.