Encore raté pour le Canada. Les Nord-Américains espéraient enfin signer leur première victoire dans l’histoire du tournoi face à l’Iran pour la deuxième rencontre du Groupe E de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, EAU 2013, et par la même occasion, garder une chance de se qualifier. Les Perses ont largement dominé et même mené, mais ne repartent qu’avec un point.

Il ne leur faut pas bien longtemps pour donner le ton. Quand on s’appelle Karimi et qu’on porte le numéro 10 en sélection iranienne, on a forcément des responsabilités. Amirhossein fait honneur à son glorieux homonyme Ali, légende de la Team Melli, en expédiant une fusée de 20 mètres dans la lucarne de gauche de Marco Carducci (9’, 0:1). Le temps de reprendre ses esprits et le Canada tente une réplique. Mais le subtil extérieur du pied de Jordan Hamilton ne trouve que le petit filet. Le reste de la première période est une prolongation des souffrances canadiennes, qui voient les Asiatiques frapper six fois au but, dont cinq cadrées, de quoi donner du travail à un Carducci toujours vigilant.

Discours efficace
Mais les matches se gagnent parfois dans le vestiaire. Sean Fleming le sait et son discours à la pause porte ses fruits. Sur un centre enroulé de la gauche, le cuir atterrit dans les pieds d’un Hamilton tout heureux de pouvoir contrôler et placer son tir au ras du poteau (48’, 1:1). Pas de quoi changer la physionomie du match, toujours dominé par la Team Melli, mais au tableau d’affichage, les Canucks font jeu égal. Ils croient même faire mieux lorsque Hanson Boakai est seul face au but après un bon travail d’Hamilton, mais sa frappe s’envole au-dessus des cages de Mahdi Amini. La réponse d’Amir Mazloum est plus précise, mais l’attaquant iranien ne trouve que le poteau après avoir éliminé un défenseur et Carducci, qui continuera à faire des miracles jusqu’au coup de sifflet final.

De quoi frustrer des Iraniens qui concèdent leur deuxième nul en deux match, tandis que les Canadiens, qui établissent un record en devenant la première équipe à aligner quatre nuls dans l’histoire du tournoi, n’ont certes pas perdu, mais n’ont qu’un petit point avant d’affronter l’Argentine pour leur dernier match.