Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Corée 2007

Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Corée 2007

26 Octobre - 17 Novembre

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2007

La passe de trois pour le Nigeria

"Jamais deux sans trois", telle pourrait être la conclusion de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Corée 2007. Une maxime à prendre avec le sourire si l'on se place côté nigérian, mais avec amertume dans le camp espagnol. En effet, pour la troisième fois de son histoire, le tournoi se tenait sur le sol asiatique. Lors de Chine 1985 et de Japon 1993, le Nigeria était monté sur la plus haute marche. Rebelote 14 ans après : au Pays du Matin Calme, les Africains coiffent leur troisième couronne mondiale. Trois, c'est également le nombre de finales disputées par l'Espagne. Et désormais le nombre de défaites à ce stade de la compétition...

Arrivés en Corée avec l'étiquette de candidats au sacre final, les Nigérians de Yemi Tella ont clamé haut et fort leur ambition dès l'entame du tournoi. "Nous ramènerons le trophée au Nigeria" avait annoncé le sélectionneur des champions d'Afrique avant même la première rencontre. Force est de constater que les champions d'Afrique ont de la suite dans les idées. La France, le Japon, Haïti, la Colombie, l'Argentine et l'Allemagne ont tous cédé devant la puissance nigériane. Autour de l'infatigable capitaine Lukman Haruna au milieu de terrain, Rabiu Ibrahim et King Osanga ont fait admirer leur technique tandis que le chasseur de buts Macauley Chrisantus a enfilé les buts comme les perles.

Opposés à l'Espagne en finale, les Nigérians ont également montré qu'ils n'étaient pas qu'une machine à marquer en étouffant les velléités offensives de la Furia Roja. Alors que ce sont les attaquants qui avaient brillé jusque là, c'est à leur gardien de but que les Golden Eaglets doivent leur ultime succès. Après 120 minutes durant lesquelles les défenseurs ont muselé les attaquants, c'est depuis les onze mètres que la décision s'est faite. Et à ce petit jeu, Oladele Ajiboye s'est montré le plus adroit. Si Asier Illaramendi a manqué le cadre, ce sont bien les poings du portier africain qui ont repoussé les tentatives de Fran Merida et Iago. Dans le même temps, trois tirs au but transformés par Matthew Edile, Daniel Joshua et Ganiyu Oseni ont suffi au Nigeria pour décrocher son troisième sacre mondial et égaler le Brésil au nombre de victoires dans l'épreuve.

Côté espagnol, on se demandera sans doute longtemps si l'issue de la rencontre aurait été différente avec la présence de Bojan en attaque. Etincelant jusqu'à la demi-finale, l'attaquant catalan, suspendu pour le dernier acte, a cruellement fait défaut à l'équipe de Juan Santisteban pour son ultime rencontre sur un banc de touche. Sa vivacité, sa technique et son expérience auraient peut-être aidé l'attaque ibèrique à trouver la clé du cadenas nigérian. Mais les Espagnols le savent : ils ne referont pas l'histoire, même si celle-ci donne l'impression de se répéter... Car après Italie 1991 et Finlande 2003, c'est une nouvelle fois avec la médaille d'argent que les champions d'Europe rentrent au pays.

La Mannschaft en bronze, Kroos en or
Pour son retour sur la scène mondiale après huit ans d'absence, l'Allemagne est arrivée en Corée sans faire de bruit. Trois semaines plus tard, elle en repart en chantant, fière et heureuse de sa place sur la troisième marche du podium. Qualifiée in extremis lors du championnat d'Europe et reprise en main par Heiko Herrlich seulement deux mois avant le rendez-vous coréen, la jeune Mannschaft était l'une des grandes inconnues du tournoi. Alternant les moments d'euphorie et de déconcentration lors du premier tour, les Allemands ont offert du spectacle et du suspense aux spectateurs. Un match nul spectaculaire face à la Colombie (3:3), une victoire aisée devant Trinidad et Tobago (5:0) et un succès sur le fil face au Ghana (3:2) lui ont offert la première place du groupe F.

Dans le sillage d'un Toni Kroos étincelant, ils ont ensuite surclassé les Etats-Unis en huitième (2:0) et les Anglais en quart (4:1). Dominée par le Nigeria en demi-finale, la Mannschaft retrouvait le Ghana lors de la "petite" finale avec le même résultat que deux semaines plus tôt : une victoire 2:1 et la médaille de bronze autour du cou.

Autre satisfaction pour Herrlich, il compte dans ses rangs le meilleur joueur de la compétition. Toni Kroos a en effet été désigné Ballon d'Or adidas du tournoi. Avec cinq buts à son actif, le milieu de terrain a porté son équipe vers les sommets. Sa technique, sa vision du jeu et son adresse sur coup de pied arrêté lui ont valu de décrocher la distinction individuelle suprême devant le Nigérian Chrisantus et l'Espagnol Bojan. Auteur d'un coup franc somptueux et d'une passe décisive lors du match pour la troisième place, le meneur de jeu du Bayern Munich a conclu en beauté la magnifique partition jouée depuis le début du tournoi.

L'attaquant des Golden Eaglets, décroche lui le Ballon d'Argent mais ajoute quand même une deuxième fois le plus beau métal à sa moisson. Outre le sacre mondial, son titre de meilleur buteur lui vaut de décrocher le Soulier d'Or adidas avec sept réalisations. Quant à l'Espagnol Bojan, annoncé comme la grande attraction de cette Coupe du Monde, il a confirmé les espoirs placés en lui mais aura payé très cher son deuxième carton jaune reçu en demi-finale face au Ghana. Auteur du but de la victoire quelques minutes auparavant, l'attaquant barcelonais s'est vu privé de finale - et peut-être de Ballon d'Or - pour un second avertissement reçu dans les arrêts de jeu. Une déception que n'atténuera sans doute pas son inscription dans la liste de l'effectif professionnel catalan de Frank Rijkaard...

Déception brésilienne
A l'heure de dresser le bilan, il convient de revenir quelques semaines en arrière, à la veille de l'ouverture de Corée 2007. Si de nombreuses équipes affichaient des ambitions élevées, trois d'entre elles sortaient du lot dans les pronostics pour la victoire finale. Le Brésil, triple vainqueur et éternel favori, l'Espagne emmenée par le prodige du FC Barcelone Bojan, et le Nigeria, sacré deux fois et impressionnant lors de sa campagne de qualification. Mais ils ne pouvaient être que deux en finale, et c'est le géant sud-américain qui a baissé pavillon le premier.

Eliminés en huitième de finale par une solide équipe du Ghana, les Auriverdes ont suivi l'explication entre Nigérians et Espagnols sur leur poste de télévision. Pourtant, tout avait bien commencé pour les vice-champions du monde en titre avec deux démonstrations face à la Nouvelle-Zélande (7:0) et la RDP Corée (6:1). La défaite concédée à la dernière minute face à l'Angleterre aurait du servir de signal d'alarme, mais elle a au contraire paralysé les jeunes pousses de Lucho Nizzo qui ont mordu la poussière face à des Ghanéens pourtant en infériorité numérique. Dans un pays où l'on ne vise rien d'autre que la plus haute marche du podium, la déception est sans doute immense mais ne doit pas faire oublier les promesses d'avenir démontrées par les talentueux Alex, Tales, Lulinha et autres Fabio.

Les Etats-Unis se présentaient également avec l'étiquette de prétendant. Battus par le Tadjikistan et la Tunisie pour leurs deux premières sorties, ils n'ont décroché leur place pour les huitièmes que grâce à leur victoire face à la Belgique lors du dernier match de poule. En revanche, ils n'ont rien pu faire face au réalisme et l'organisation allemande au tour suivant.

Deux autres grands noms du football mondial, la France et l'Angleterre, auraient pu rêver d'un meilleur destin mais ont finalement plié bagage dès les quarts de finale. Si les Trois Lions, brillants au cours de leurs quatre premières rencontres, sont tombés logiquement face à une Allemagne de gala (1:4), les Mini-Bleus sont passés tout près de l'exploit face à l'Espagne. Menant 1:0 avant de se faire rejoindre, les garçons de François Blaquart ont laissé passer leur chance durant la prolongation avant de s'incliner à la loterie des tirs au but. Poussifs lors de la phase de poule, les champions du monde 2001 ont su hausser leur niveau de jeu pour renverser la vapeur face au Japon et maîtriser la puissance de la Tunisie en huitième de finale. Mais les gants de David De Gea, le gardien espagnol, ont stoppé la belle aventure tricolore.

Les néophytes à la fête, les hôtes à la peine
L'édition 2007 a consacré les traditionnelles puissances de la catégorie mais elle a également fait la part belle à ses nouveaux arrivants. L'Angleterre a atteint les quarts de finale tandis que la Syrie et le Tadjikistan, invités surprises de la Zone Asie, ont franchi le premier tour pour leur première participation. Les courageux Tadjiks ont notamment créé la première surprise de la compétition en dominant les Etats-Unis pour leur entrée en lice (4:3). La Syrie de son côté a arraché le nul face à l'Argentine (0:0), cédé de justesse devant l'Espagne (1:2) et décroché sa première victoire face au Honduras (2:0). La volonté et le soutien de tout le pays n'ont cependant pas suffi pour venir à bout de l'Angleterre en huitième. Le Honduras, la Belgique et le Togo n'ont pas passé l'obstacle du premier tour mais l'expérience acquise et les performances affichées pour leur baptême leur garantissent un bel avenir lors des prochaines compétitions internationales.

Même constat pour Haïti, petit poucet de l'épreuve, qui a quitté la compétition dès la phase de groupe, mais qui aura fait la fierté de tout un peuple en alignant des matches de très bonne facture dans un groupe D très relevé. Le point d'orgue de la campagne caribéenne fut sans conteste le match nul décroché face à la France dans un duel au goût particulier en raison du passé historique liant les deux pays. L'accueil triomphal reçu à leur retour sur l'île témoigne de la réussite des joueurs de Jean-Yves Labaze.

A l'inverse, le parcours de la République de Corée ne restera pas dans les annales. Battu par le Pérou en lever de rideau (1:0) puis par le Costa Rica (2:0), le pays hôte ne gardera que sa victoire (2:1) contre le Togo comme bon souvenir du tournoi. Les trois points et le soutien de leur public n'ont pas suffi aux Guerriers Taeguk pour se hisser au deuxième tour de "leur" Coupe du Monde. Le bilan est le même pour les voisins japonais qui ont quitté l'épreuve prématurément. Malgré le talent de leur attaquant Yoichiro Kakitani, auteur de l'un des plus beaux buts du tournoi, les Blue Samouraïs ont décroché leur seule victoire face à Haïti et courbé l'échine face au Nigeria et à la France.

Participants :
Ghana, Nigeria, Togo, Tunisie, Japon, RDP Corée, République de Corée, Syrie, Tadjikistan, Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, France, Costa Rica, Etats-Unis d'Amérique, Haïti, Honduras, Trinidad et Tobago, Nouvelle-Zélande, Argentine, Brésil, Colombie, Pérou.

Classement :
1. Nigeria
2. Espagne
3. Allemagne
4. Ghana

Villes et stades :
Changwon Main Stadium (Changwon), Chenoan Sports Complex (Cheonan), Goyang Stadium (Goyang), Gwangyang Soccer Only Field (Gwangyang), Stade de la Coupe du Monde de la FIFA de Jeju (Jeju), Stade de la Coupe du Monde de la FIFA de Séoul (Séoul), Suwon Sports Complex (Suwon), Ulsan Sports Complex (Ulsan).

Nombre de buts :
165 (moyenne par match : 3,17)

Meilleurs buteurs :
7 buts : Macauley Chrisantus (NGA)
6 buts : Ransford Osei (GHA)
5 buts : Toni Kroos (GER), Bojan (ESP)

Nigeria's players celebrate after winning the final against Spain at the FIFA U-17 World Cup Korea 2007. The final took place in Seoul on Sunday, 9 September.
© Foto-net

"Jamais deux sans trois", telle pourrait être la conclusion de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Corée 2007. Une maxime à prendre avec le sourire si l'on se place côté nigérian, mais avec amertume dans le camp espagnol. En effet, pour la troisième fois de son histoire, le tournoi se tenait sur le sol asiatique. Lors de Chine 1985 et de Japon 1993, le Nigeria était monté sur la plus haute marche. Rebelote 14 ans après : au Pays du Matin Calme, les Africains coiffent leur troisième couronne mondiale. Trois, c'est également le nombre de finales disputées par l'Espagne. Et désormais le nombre de défaites à ce stade de la compétition...

Arrivés en Corée avec l'étiquette de candidats au sacre final, les Nigérians de Yemi Tella ont clamé haut et fort leur ambition dès l'entame du tournoi. "Nous ramènerons le trophée au Nigeria" avait annoncé le sélectionneur des champions d'Afrique avant même la première rencontre. Force est de constater que les champions d'Afrique ont de la suite dans les idées. La France, le Japon, Haïti, la Colombie, l'Argentine et l'Allemagne ont tous cédé devant la puissance nigériane. Autour de l'infatigable capitaine Lukman Haruna au milieu de terrain, Rabiu Ibrahim et King Osanga ont fait admirer leur technique tandis que le chasseur de buts Macauley Chrisantus a enfilé les buts comme les perles.

Opposés à l'Espagne en finale, les Nigérians ont également montré qu'ils n'étaient pas qu'une machine à marquer en étouffant les velléités offensives de la Furia Roja. Alors que ce sont les attaquants qui avaient brillé jusque là, c'est à leur gardien de but que les Golden Eaglets doivent leur ultime succès. Après 120 minutes durant lesquelles les défenseurs ont muselé les attaquants, c'est depuis les onze mètres que la décision s'est faite. Et à ce petit jeu, Oladele Ajiboye s'est montré le plus adroit. Si Asier Illaramendi a manqué le cadre, ce sont bien les poings du portier africain qui ont repoussé les tentatives de Fran Merida et Iago. Dans le même temps, trois tirs au but transformés par Matthew Edile, Daniel Joshua et Ganiyu Oseni ont suffi au Nigeria pour décrocher son troisième sacre mondial et égaler le Brésil au nombre de victoires dans l'épreuve.

Côté espagnol, on se demandera sans doute longtemps si l'issue de la rencontre aurait été différente avec la présence de Bojan en attaque. Etincelant jusqu'à la demi-finale, l'attaquant catalan, suspendu pour le dernier acte, a cruellement fait défaut à l'équipe de Juan Santisteban pour son ultime rencontre sur un banc de touche. Sa vivacité, sa technique et son expérience auraient peut-être aidé l'attaque ibèrique à trouver la clé du cadenas nigérian. Mais les Espagnols le savent : ils ne referont pas l'histoire, même si celle-ci donne l'impression de se répéter... Car après Italie 1991 et Finlande 2003, c'est une nouvelle fois avec la médaille d'argent que les champions d'Europe rentrent au pays.

La Mannschaft en bronze, Kroos en or
Pour son retour sur la scène mondiale après huit ans d'absence, l'Allemagne est arrivée en Corée sans faire de bruit. Trois semaines plus tard, elle en repart en chantant, fière et heureuse de sa place sur la troisième marche du podium. Qualifiée in extremis lors du championnat d'Europe et reprise en main par Heiko Herrlich seulement deux mois avant le rendez-vous coréen, la jeune Mannschaft était l'une des grandes inconnues du tournoi. Alternant les moments d'euphorie et de déconcentration lors du premier tour, les Allemands ont offert du spectacle et du suspense aux spectateurs. Un match nul spectaculaire face à la Colombie (3:3), une victoire aisée devant Trinidad et Tobago (5:0) et un succès sur le fil face au Ghana (3:2) lui ont offert la première place du groupe F.

Dans le sillage d'un Toni Kroos étincelant, ils ont ensuite surclassé les Etats-Unis en huitième (2:0) et les Anglais en quart (4:1). Dominée par le Nigeria en demi-finale, la Mannschaft retrouvait le Ghana lors de la "petite" finale avec le même résultat que deux semaines plus tôt : une victoire 2:1 et la médaille de bronze autour du cou.

Autre satisfaction pour Herrlich, il compte dans ses rangs le meilleur joueur de la compétition. Toni Kroos a en effet été désigné Ballon d'Or adidas du tournoi. Avec cinq buts à son actif, le milieu de terrain a porté son équipe vers les sommets. Sa technique, sa vision du jeu et son adresse sur coup de pied arrêté lui ont valu de décrocher la distinction individuelle suprême devant le Nigérian Chrisantus et l'Espagnol Bojan. Auteur d'un coup franc somptueux et d'une passe décisive lors du match pour la troisième place, le meneur de jeu du Bayern Munich a conclu en beauté la magnifique partition jouée depuis le début du tournoi.

L'attaquant des Golden Eaglets, décroche lui le Ballon d'Argent mais ajoute quand même une deuxième fois le plus beau métal à sa moisson. Outre le sacre mondial, son titre de meilleur buteur lui vaut de décrocher le Soulier d'Or adidas avec sept réalisations. Quant à l'Espagnol Bojan, annoncé comme la grande attraction de cette Coupe du Monde, il a confirmé les espoirs placés en lui mais aura payé très cher son deuxième carton jaune reçu en demi-finale face au Ghana. Auteur du but de la victoire quelques minutes auparavant, l'attaquant barcelonais s'est vu privé de finale - et peut-être de Ballon d'Or - pour un second avertissement reçu dans les arrêts de jeu. Une déception que n'atténuera sans doute pas son inscription dans la liste de l'effectif professionnel catalan de Frank Rijkaard...

Déception brésilienne
A l'heure de dresser le bilan, il convient de revenir quelques semaines en arrière, à la veille de l'ouverture de Corée 2007. Si de nombreuses équipes affichaient des ambitions élevées, trois d'entre elles sortaient du lot dans les pronostics pour la victoire finale. Le Brésil, triple vainqueur et éternel favori, l'Espagne emmenée par le prodige du FC Barcelone Bojan, et le Nigeria, sacré deux fois et impressionnant lors de sa campagne de qualification. Mais ils ne pouvaient être que deux en finale, et c'est le géant sud-américain qui a baissé pavillon le premier.

Eliminés en huitième de finale par une solide équipe du Ghana, les Auriverdes ont suivi l'explication entre Nigérians et Espagnols sur leur poste de télévision. Pourtant, tout avait bien commencé pour les vice-champions du monde en titre avec deux démonstrations face à la Nouvelle-Zélande (7:0) et la RDP Corée (6:1). La défaite concédée à la dernière minute face à l'Angleterre aurait du servir de signal d'alarme, mais elle a au contraire paralysé les jeunes pousses de Lucho Nizzo qui ont mordu la poussière face à des Ghanéens pourtant en infériorité numérique. Dans un pays où l'on ne vise rien d'autre que la plus haute marche du podium, la déception est sans doute immense mais ne doit pas faire oublier les promesses d'avenir démontrées par les talentueux Alex, Tales, Lulinha et autres Fabio.

Les Etats-Unis se présentaient également avec l'étiquette de prétendant. Battus par le Tadjikistan et la Tunisie pour leurs deux premières sorties, ils n'ont décroché leur place pour les huitièmes que grâce à leur victoire face à la Belgique lors du dernier match de poule. En revanche, ils n'ont rien pu faire face au réalisme et l'organisation allemande au tour suivant.

Deux autres grands noms du football mondial, la France et l'Angleterre, auraient pu rêver d'un meilleur destin mais ont finalement plié bagage dès les quarts de finale. Si les Trois Lions, brillants au cours de leurs quatre premières rencontres, sont tombés logiquement face à une Allemagne de gala (1:4), les Mini-Bleus sont passés tout près de l'exploit face à l'Espagne. Menant 1:0 avant de se faire rejoindre, les garçons de François Blaquart ont laissé passer leur chance durant la prolongation avant de s'incliner à la loterie des tirs au but. Poussifs lors de la phase de poule, les champions du monde 2001 ont su hausser leur niveau de jeu pour renverser la vapeur face au Japon et maîtriser la puissance de la Tunisie en huitième de finale. Mais les gants de David De Gea, le gardien espagnol, ont stoppé la belle aventure tricolore.

Les néophytes à la fête, les hôtes à la peine
L'édition 2007 a consacré les traditionnelles puissances de la catégorie mais elle a également fait la part belle à ses nouveaux arrivants. L'Angleterre a atteint les quarts de finale tandis que la Syrie et le Tadjikistan, invités surprises de la Zone Asie, ont franchi le premier tour pour leur première participation. Les courageux Tadjiks ont notamment créé la première surprise de la compétition en dominant les Etats-Unis pour leur entrée en lice (4:3). La Syrie de son côté a arraché le nul face à l'Argentine (0:0), cédé de justesse devant l'Espagne (1:2) et décroché sa première victoire face au Honduras (2:0). La volonté et le soutien de tout le pays n'ont cependant pas suffi pour venir à bout de l'Angleterre en huitième. Le Honduras, la Belgique et le Togo n'ont pas passé l'obstacle du premier tour mais l'expérience acquise et les performances affichées pour leur baptême leur garantissent un bel avenir lors des prochaines compétitions internationales.

Même constat pour Haïti, petit poucet de l'épreuve, qui a quitté la compétition dès la phase de groupe, mais qui aura fait la fierté de tout un peuple en alignant des matches de très bonne facture dans un groupe D très relevé. Le point d'orgue de la campagne caribéenne fut sans conteste le match nul décroché face à la France dans un duel au goût particulier en raison du passé historique liant les deux pays. L'accueil triomphal reçu à leur retour sur l'île témoigne de la réussite des joueurs de Jean-Yves Labaze.

A l'inverse, le parcours de la République de Corée ne restera pas dans les annales. Battu par le Pérou en lever de rideau (1:0) puis par le Costa Rica (2:0), le pays hôte ne gardera que sa victoire (2:1) contre le Togo comme bon souvenir du tournoi. Les trois points et le soutien de leur public n'ont pas suffi aux Guerriers Taeguk pour se hisser au deuxième tour de "leur" Coupe du Monde. Le bilan est le même pour les voisins japonais qui ont quitté l'épreuve prématurément. Malgré le talent de leur attaquant Yoichiro Kakitani, auteur de l'un des plus beaux buts du tournoi, les Blue Samouraïs ont décroché leur seule victoire face à Haïti et courbé l'échine face au Nigeria et à la France.

Participants :
Ghana, Nigeria, Togo, Tunisie, Japon, RDP Corée, République de Corée, Syrie, Tadjikistan, Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, France, Costa Rica, Etats-Unis d'Amérique, Haïti, Honduras, Trinidad et Tobago, Nouvelle-Zélande, Argentine, Brésil, Colombie, Pérou.

Classement :
1. Nigeria
2. Espagne
3. Allemagne
4. Ghana

Villes et stades :
Changwon Main Stadium (Changwon), Chenoan Sports Complex (Cheonan), Goyang Stadium (Goyang), Gwangyang Soccer Only Field (Gwangyang), Stade de la Coupe du Monde de la FIFA de Jeju (Jeju), Stade de la Coupe du Monde de la FIFA de Séoul (Séoul), Suwon Sports Complex (Suwon), Ulsan Sports Complex (Ulsan).

Nombre de buts :
165 (moyenne par match : 3,17)

Meilleurs buteurs :
7 buts : Macauley Chrisantus (NGA)
6 buts : Ransford Osei (GHA)
5 buts : Toni Kroos (GER), Bojan (ESP)

Explorer le sujet

Articles recommandés

Wrap-up Korea U-17

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2007

Wrap-up Korea U-17

10 sept. 2007

Images du jour

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2007

Images du jour

20 août 2007