Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Mexique 2011

06 - 28 octobre

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2011

Cubero contre 100 000 Mexicains

Une fois les chaussures et les gants en place, il est temps de sortir du vestiaire pour affronter la première grande finale de sa carrière, dans un stade plein à craquer. En arrivant sur le terrain, il a découvert les 100 000 spectateurs de l'imposant stade Azteca, qui n’attendaient qu’une chose : qu’il doive se retourner au plus vite pour aller chercher un ballon au fond de ses filets.

C’est cette sensation unique que le gardien uruguayen Jonathan Cubero a dû affronter ce dimanche avant de disputer la finale de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, contre le Mexique. "C’est dur de garder la tête froide dans de telles conditions", reconnaît le portier au micro de FIFA.com. "Mais on arrive à se calmer dès que le match démarre. On arrive à passer outre toutes les insanités que l’on entend en provenance des gradins et à se concentrer sur le match."

En sortant du vestiaire quelque deux heures plus tard, ses sentiments sont mitigés. D’un côté, la frustration de la défaite face aux locaux. De l’autre, la satisfaction d’avoir obtenu une récompense personnelle, le Gant d’or adidas de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Mexique 2011. Serein, comme sur le terrain, où il joue un rôle clé auprès de ses coéquipiers, il porte le trophée dans la main droite, avec beaucoup d’assurance. "Au bout du compte, c’est quand même fort de remporter un tel prix lors d’une Coupe du Monde", confie-t-il.

Il n’y pouvait rien
Cubero a été battu à deux reprises dans le stade Azteca, la première fois à la 31ème minute, sur une frappe dans les six mètres du capitaine Antonio Briseño, et la seconde à la 92ème minute, sur une contre-attaque d’école conclue par Giovani Casillas. Les deux fois, il n’avait strictement rien à se reprocher.

Malgré ces deux réalisations, Cubero reste le gardien le plus hermétique de la compétition, avec cinq buts encaissés en sept matches. Il a rendu quatre copies parfaites, notamment en quart de finale contre l’Ouzbékistan et en demi-final contre le Brésil. "C’est surtout grâce à mes coéquipiers, qui m’ont fait confiance à tout moment", analyse Cubero. Puis il poursuit : "La défense, c’est vraiment l’un de nos points forts. Nous sommes vraiment très solides derrière et, grâce à Dieu, nous avons encaissé très peu de buts. Il y avait au sein de cet effectif une très belle cohésion et quelques bonnes individualités. La garra charrua a fait le reste : c'est elle qui nous pousse à tout donner match après match."

Un Azteca en ébullition
Lors de cette finale, Cubero affrontait bien plus que les 11 joueurs mexicains, aussi talentueux soient-ils. Son principal adversaire était autour du terrain, dans les gradins d’un stade Azteca pris d’assaut par 100 000 spectateurs qui l’ont entièrement teint en vert. "Depuis le terrain, c’était vraiment incroyable. J’avais déjà joué dans des stades pleins, mais là c’était différent, inoubliable", affirme-t-il, tout en précisant que la pression n’a pas influé sur les performances de ses coéquipiers. "Pour tout vous dire, cela nous a motivés nous aussi".

Le jeune homme retrouvera maintenant son club de Cerro, à Montevideo, qui a révélé l’un des meilleurs gardiens de l'histoire du pays, Rodolfo Rodríguez, très apprécié des supporters de Santos dans les années 1980. À l’avenir, il espère bien pouvoir rejoindre un championnat européen, "un changement qui me ferait le plus grand bien".

Que ce soit dans son pays, dans le légendaire Centenario, dans le continent sud-américain, dans des terrains comme le Maracanã ou le Monumental, ou dans les stades les plus prestigieux du Vieux Continent, l’Uruguayen est convaincu qu’il aura à nouveau l’occasion d'évoluer devant un public comme celui de l’Azteca, nombreux et survolté. "Quand on est joueur de football, on rêve forcément de jouer dans une telle ambiance, devant un stade plein à craquer", indique-t-il. Il espère seulement que la prochaine fois, le public sera derrière lui et qu'il applaudira ses arrêts…

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2011

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2011 - Uruguay-Brés...

07 juil. 2011

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2011

Le rêve d'El Tri devient réalité

11 juil. 2011

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2011

Le Soulier d’or pour Coulibaly

11 juil. 2011

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2011

Mexique 2011 - Finale - Uruguay-Mexique

11 juil. 2011

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2011

Gómez : "J'ai du mal à y croire"

11 juil. 2011

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2011

Double bonheur pour El Tri (0:2)

11 juil. 2011