Coupe du Monde U-17 de la FIFA, E.A.U. 2013

06 - 28 octobre

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2013

La fête continue pour le Nigeria

© Getty Images

Ceux qui ont eu le bonheur d’assister aux performances du Nigeria en Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Émirats Arabes Unis 2013 ne sont pas près d’oublier l’élégance et la fluidité du jeu proposé par les Golden Eaglets. La danse de joie des nouveaux champions du monde au coup de sifflet final vivra elle aussi longtemps dans les mémoires.

"Je ne trouve pas les mots", confesse Abdullahi Alfa sur le chemin des vestiaires, nageant dans un maillot beaucoup trop grand floqué du numéro 8. "C’est pour ça que nous nous sommes mis à danser. C’était le meilleur moyen d’exprimer notre bonheur. Je suis le meilleur danseur de l’équipe. Tout le monde le sait ici."

La compétition pour ce titre honorifique était pourtant féroce dans le rond central, quelques minutes après le triomphe (3:0) du Nigeria sur le Mexique. En toute liberté, les joueurs sont restés groupés et ont bougé ensemble au rythme de la musique assourdissante diffusée par la sono du stade Mohammed Bin Zayed. Ensuite, ils se sont écroulés, hilares. Ils se sont embrassés et ont tenté de hisser le sélectionneur Manu Garba sur leurs jeunes et frêles épaules, sans grand succès. Les organisateurs ont ensuite fait leur possible pour rassembler les héros du jour, afin de leur remettre leurs récompenses. Le protocole aurait dû reprendre ses droits mais les intenables Nigérians ont donné du fil à retordre aux hommes en costumes.

Le concours de danse a continué dans les vestiaires, où les joueurs ont posé pour les photographes aux côtés de leurs trophées avant d’appeler leurs familles au Nigeria. Véritable révélation dans l’entrejeu, Musa Yahaya ne peut résister à la tentation d’une ultime démonstration. Il se met à jongler avec une bouteille de Coca-Cola vide. "Je suis heureux d’avoir tenu mon rôle", confie le capitaine Musa Muhammed, auteur d’un somptueux coup franc et d’une passe décisive en finale. "Je viens d’aider mon équipe à gagner la Coupe du Monde. J’ai l’impression de rêver. Mais sans nos supporters à la maison, nous n’aurions rien pu faire."

Prolonger le moment

L’énergie et la joie qui se dégagent de cette petite pièce est telle que l’on peine à croire que ces prodiges viennent de disputer un épuisant match de haut niveau. Dele Alampasuu adresse un baiser fougueux au Gant d’Or adidas, qui récompense le meilleur gardien du tournoi. "Nous étions confiants avant le match mais ce que nous éprouvons maintenant n’a rien à voir. C’est un sentiment de liberté", lâche-t-il d’une voix douce, qui tranche singulièrement avec son physique impressionnant. "Cette victoire n’appartient pas seulement au Nigeria. Je suis fier d’être africain et j’adresse toute mon affection à nos compatriotes restés à la maison."

La fête ne s'arrête pas là. Aucun joueur nigérian ne veut rejoindre le bus. Une dernière accolade, une dernière blague, tout est bon pour prolonger ces moments et savourer le plus grand succès de leur jeune carrière. “Je suis très, très, très excité”, s’exclame Taiwo Awoniyi. Arrivé aux EAU avec le statut de remplaçant, le grand attaquant a disputé six des sept matches de son équipe et inscrit quatre buts. "J’ai couru comme un fou pour aider mes coéquipiers. Je suis allé sur tous les points chauds car nous devions travailler collectivement pour nous en sortir. Je voulais rendre service, mais je me disais que si une occasion se présentait, je la saisirais."

Awoniyi portait un vêtement à manches longues sous son maillot pendant la finale. Au coup de sifflet final, il s'est glissé dans un manteau. Ce grand frileux rigole de ses précautions pour lutter contre le froid dans ce pays chaud. Son sourire s’élargit dès que l’on évoque l’exploit accompli par son équipe. "En arrivant, je ne savais même pas si je jouerais. Maintenant, nous sommes champions du monde. C’est incroyable."

La danse continue. Les flashes crépitent. Les joueurs prennent la pose. Quelques garçons se mettent à genoux pour prier. La joie est partout dans ce vestiaire et il y a fort à parier que ces *Eaglets *n’oublieront pas ces émotions de sitôt. "Je ressens des millions de choses", s’exclame Kelechi Iheanacho, le meilleur joueur du tournoi, avant de rejoindre ses coéquipiers pour se mêler à la fête.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2013

Finale d'EAU 2013 : Nigeria - Mexique

08 nov. 2013