Après cinq victoires en autant de sorties, 17 buts inscrits pour quatre encaissés, les hôtesses de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2010 se sont qualifiées pour la finale en étrillant la République de Corée ce jeudi 29 juillet à Bochum.

Dix minutes. C’est le temps que les Coréennes auront tenu dans ce match avant de recevoir une douche froide germanique.

Durant les premiers instants de la partie, les vice-championnes d’Asie montraient pourtant beaucoup de maîtrise. Elles étaient même les premières à se mettre en évidence sur un long centre de Jeong Yeonga repris de volée au premier poteau par Jung Hae In. Mais Almuth Schult captait en deux temps (10’).

Le calvaire de Yeonga
La suite n’était qu’à sens unique. Dans la minute suivante, Dzenifer Marozsan ouvrait les hostilités par une frappe enroulée imprécise. Puis Alexandra Popp s’arrachait sur le côté gauche pour résister au retour de défenseuses coréennes et glisser en retrait à Tabea Kemme. La latéral envoyait un long centre au deuxième poteau que Yeonga n’attaquait pas. Svenja Huth n’avait plus qu’à passer devant pour ouvrir le score d’une demi-volée du gauche (1:0, 13’).

Après que Moon So Ri ait remporté son duel avec Popp (16’), la gardienne asiatique devait s’incliner une deuxième fois quand la pauvre Yeonga - encore elle - repoussait plein axe un centre de Popp. Kim Kulig surgissait à l’entrée de la surface pour envoyer une frappe lourde sur laquelle So Ri se trouait (2:0, 26’).

Sylvia Arnold (34’), Popp (42’) et Marozsan (44’) avaient encore le temps de se mettre en évidence, mais le tableau d’affichage ne bougeait pas avant la seconde période.

Dès la 50ème minute, Popp profitait d’une frappe contrée de Marozsan sur laquelle Lee Min A et Kim Hye Ri se gênaient. "À toi, à moi !" semblaient se dire les Coréennes et Popp tendait la jambe entre les deux (3:0, 50’). À peine le temps de souffler et Kulig donnait au score des allures de fessée grâce au frère jumeau du deuxième but (4:0, 53’).

Ji So Yun sauve l'honneur
C’était le moment que choisissait la star Ji So Yun pour se réveiller. D’abord auteure d’une jolie frappe tendue que Schult devait aller chercher dans sa lucarne (63’), l’attaquante enrhumait la défense allemande sur deux dribbles avant de placer un plat du pied droit millimétré. Poteau rentrant (4:1, 64’).

On pensait la République de Corée relancée, prête à faire oublier pour quelques minutes sa triste performance. Mais la très tête en l’air Yeonga - toujours elle - prenait à la main le ballon, pensant que la frappe sur la barre de Popp était entre temps sortie. Penalty indiscutable que Popp, meilleure artilleuse de la compétition (neuf buts), se faisant un plaisir de transformer (5:1, 67’ s.p.).

Vainqueurs en 2004, troisièmes en 2002 et 2008, les Allemandes pouvaient tranquillement se diriger vers une deuxième finale. Assurées de terminer au pire quatrièmes, les Coréennes se contentaient elles de savourer le meilleur classement de leur histoire.