Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Allemagne 2010

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Allemagne 2010

13 juillet - 1 août

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2010

L'Allemagne, pays exportateur de talents

wf_photo_11.jpg
© Others

Après le titre de champion d'Europe obtenu devant ses propres supporters, Doris Fitschen va connaître une deuxième consécration en 2001 en participant à la Women's United Soccer Association (WUSA), le championnat professionnel américain. La meneuse de jeu de Philadelphia Charge entre immédiatement dans l'histoire de cette compétition nouvellement créée en inscrivant le tout premier but de la WUSA, sur penalty, contre San Diego Spirit. Au terme de ce premier exercice, l'internationale allemande aux 144 sélections est même élue meilleure joueuse défensive de la saison. "Cette expérience aux Etats-Unis fut tout simplement fantastique", confirme la principale intéressée. Habituée à évoluer devant 200 personnes en Bundesliga, Fitschen découvre la WUSA et ses 8 000 spectateurs de moyenne.

Bien avant le triomphe de la Mannschaft en finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2003, la WUSA s'était déjà intéressée de près aux joueuses allemandes. Ainsi, en 2001, deux autres internationales se sont lancées à la conquête de l'Amérique : Bettina Wiegmann et Maren Meinert quittent Brauweiler-Pulheim pour s'engager en faveur des Boston Breakers. Une expérience inédite pour les deux jeunes femmes, qui ont même partagé un appartement dans le Massachusetts. De leur côté, les recruteurs n'ont manifestement pas eu à regretter leur choix, puisque Meinert a été élue meilleure joueuse de la WUSA en 2003.

Même Birgit Prinz, figure emblématique du football féminin allemand s'il en est, est allée tenter sa chance de l'autre côté de l'Atlantique. En 2002, l'attaquante internationale s'engage en faveur de Carolina Courage, une équipe avec laquelle elle remporte le titre de championne des Etats-Unis dès sa première saison. L'année suivante sera cependant plus difficile, puisque son équipe ne parvient même pas à se qualifier pour les play-offs. Cette année-là, le titre revient finalement à Steffi Jones, ancienne coéquipière de Prinz à Francfort, et à Sandra Minnert, qui évoluent toutes deux à Washington Freedom.

Conny Pohlers est l'une des dernières internationales allemandes à avoir tenté l'expérience. En 2003, la jeune femme quitte la Turbine Postdam pour s'engager à Atlanta. Malheureusement, à cette époque, la WUSA traverse une grave crise financière dont elle ne se relèvera pas. A l'issue de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, le championnat professionnel américain doit fermer ses portes. Les investisseurs ont fini par se détourner, en dépit de la grande popularité dont jouit toujours le football féminin aux Etats-Unis. Malgré ces déboires, Pohlers, qui fait désormais les beaux jours de Francfort, promet : "Si les Etats-Unis se dotent à nouveau d'un championnat professionnel, je serais ravie de retourner là-bas".

Dans un passé plus récent, beaucoup de joueuses allemandes se sont laissées séduire par la perspective d'une expérience en Suède. Le championnat national oppose des équipes d'un excellent niveau, comme en témoignent les victoires d'Umea IK en finale des éditions 2003 et 2004 de la Coupe UEFA. Bianca Rech, Anja Mittag ou encore Ariane Hingst, pour ne citer que les plus connues, se sont donc lancées à la découverte de la Scandinavie. Les deux premières n'hésitent pas à profiter de la saison décalée dans le nord de l'Europe pour se produire régulièrement en Bundesliga pendant les mois d'hiver. C'est dans ce pays également qu'évoluait l'ancienne gardienne de Turbine Potsdam, Nadine Angerer. Auteure d'une parade décisive sur un penalty de Marta (élue meilleure joueuse de la compétition) en finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Chine 2007, la talentueuse numéro un avait rejoint Djurgarden Damfotboll en janvier 2008. Angerer et Hingst sont rentrées en Allemagne en décembre 2008, pour porter les couleurs du 1. FFC Francfort.

L'actuelle gardienne de Duisburg, Lena Hohlfeld, possède quant à elle un parcours pour le moins atypique. Cette jeune femme de 26 ans est en effet la première joueuse allemande à avoir évolué dans le championnat de Pologne. Lassée d'être considérée comme l'éternelle doublure d'Angerer à Postdam, elle rejoint le KS AZS Breslau en 2004. En l'espace de quelques mois, elle s'impose comme la meilleure gardienne du pays. Deux ans plus tard, la voici de retour en Bundesliga.

Mais la devancière de toutes ces championnes a pour nom Monika Staab. De la fin des années 70 jusqu'au début des années 80, la future entraîneuse de Francfort a écumé tous les terrains d'Europe, portant successivement les couleurs des Queen's Park Rangers, du Paris Saint-Germain ou encore de Southampton.