Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Japon 2012

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Japon 2012

19 août - 8 septembre

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2012

Marozsan se console avec le Ballon d'Or

Dzsenifer Marozsan of Germany wins the adidas Golden Ball
© Getty Images

La Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Japon 2012 a rendu son verdict collectif avec la victoire de Etats-Unis face à l’Allemagne en finale, le 8 septembre 2012 à Tokyo, leur troisième sacre en six éditions. Avant que le rideau ne tombe définitivement sur le tournoi 2012, restaient encore à décerner les récompenses individuelles.

Dzsenifer Marozsan était la star annoncée de la sélection allemande. Elle a justifié ce statut en donnant le tempo à sa formation par ses passes décisives et ses inspirations géniales. Même si cela n’a pas suffi en finale, elle marque la compétition de son empreinte personnelle, tout comme la Nord-Coréenne Kim Un Hwa, sacrée reine des buteuses.

Des joueuses aux buteuses en passant par les gardiennes et les meilleures représentantes de l’esprit sportif, FIFA.com dresse le bilan de la remise des prix.

*Ballon d'Or adidas : Dzsenifer Marozsan (Allemagne)
Ballon d'Argent adidas :Hanae Shibata (Japon)
Ballon de Bronze adidas : Julie Johnston (Etats-Unis) *

Dzsenifer Marozsan :Tenir le trophée de meilleure joueuse entre ses mains est sans doute une immense satisfaction pour la jeune Allemande, mais c’est aussi une petite revanche. Devancée par Mana Iwabuchi lors de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2008, la meneuse de jeu, qui avait tout de même remporté le Soulier d’Or en Nouvelle-Zélande, a enfin conquis le Graal individuel sur les terres de son ancienne concurrente. Si elle n’a marqué qu’une fois dans le tournoi, elle a ouvert la voie de la finale à ses coéquipières en leur ouvrant celle de nombreux buts. Ses six passes décisives - parce que précises -, sur des coups de pied arrêtés, des centres ou des ouvertures, ainsi que ses gestes techniques spectaculaires mais toujours utiles ont conquis le public de Japon 2012, mais également les expertes du Groupe d’Etude Technique de la FIFA, qui l’ont désignée Ballon d’Or adidas.

Hanae Shibata : Même si le Japon a fait rêver son public et donné des cauchemars à tous ses adversaires grâce à son jeu collectif, il lui fallait un chef d’orchestre pour donner le rythme. Hanae Shibata a parfaitement joué ce rôle en courant d’une surface de réparation à l’autre. Toujours présente pour aider dans les tâches défensives, elle est aussi la première relanceuse des Nadeshiko, et possède même le sens du but pour conclure quand l’occasion se présente. Elle a pu le faire trois fois grâce à sa vitesse, sa technique et son sang-froid.

Julie Johnston : Milieu de terrain de formation, l’Américaine a pourtant été le pilier de la défense championne du monde. Son sang-froid et ses qualités de leader ont poussé Steve Swanson à lui confier le brassard de capitaine. Outre son influence dans le vestiaire et ses discours qui ont permis aux Stars and Stripes de ne pas s’affoler après la défaite contre l’Allemagne en phase de groupes (0:3), ou lorsque les Nord-Coréennes sont revenue au score en quart de finale, c’est surtout son aisance technique, son placement et la qualité de sa relance qui ont aidé la formation américaine à soulever son troisième trophée.

Soulier d'Or adidas :Kim Un Hwa (RDP Corée) - 7 buts
Soulier d'Argent adidas :Yoko Tanaka (Japon) - 6 buts, 2 passes décisives
Soulier de Bronze adidas :Lena Lotzen (Allemagne) - 6 buts, 1 passe décisive

Kim Un Hwa : L’attaquante de la RDP Corée n’a disputé que quatre petits matches et seulement 309 minutes à Japon 2012. Cela ne l’a pas empêchée de faire trembler à sept reprises ! Elle n’était même pas titulaire au coup d’envoi de la compétition, la première de sa carrière toutes catégories d’âge confondues, mais sa prestation et son premier but contre la Norvège (4:2) malgré son statut de remplaçante ont convaincu le sélectionneur Sin Ui Gun de la titulariser contre l’Argentine. Bonne pioche, la petite attaquante d’1m59 a réalisé un match de géant en faisant trembler cinq fois les filets (9:0). Elle sera également auteure de l’égalisation lors du match suivant pour assurer la première place du groupe face au Canada (2:1). Muette en quart de finale, elle n’a pu empêcher l’élimination des siennes face aux Etats-Unis, mais a laissé son empreinte sur le tournoi malgré son départ précoce.

Elle devance la virevoltante Japonaise Yoko Tanaka et la machine à buts allemande Lena Lotzen, qui n’aura pas réussi à marquer dans le match le plus important, en finale.

*Gant d'Or adidas :Laura Benkarth (Allemagne) *
Dernier rempart d’une Nationnalmannschaft presque invincible, Laura Benkarth a eu beaucoup moins de travail que ses homologues moins bien défendues. Mais la caractéristique des grands gardiens et gardiennes est de bien négocier le peu de travail qu’ils ont affaire. L’Allemagne est arrivée en finale sans concéder le moindre but en grande partie parce que sa gardienne a su rester concentrée jusqu’à la dernière minute de chaque rencontre, en ayant le bon réflexe ou faisant la bonne sortie quand c’était nécessaire, quitte à risquer sa santé, comme lors d’un choc impressionnant avec la Norvégienne Caroline Hansen en quart de finale. Après cinq matches passés sans aller chercher le ballon au fond des filets, elle a finalement craqué face à l’Américaine Kealia Ohai en finale et n’égalera pas la performance de sa glorieuse aînée Nadine Angerer, invaincue durant toute la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2007.

*Prix du Fair-play de la FIFA: Japon *
Outre sa troisième place historique, le Japon a également la satisfaction de boucler "sa" Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA en recevant le prix récompensant l’esprit sportif et l’exemplarité du comportement, sur les terrains comme en dehors. La FIFA attribue cette récompense sur la base d'une évaluation effectuée par le Groupe d'Etude Technique de la FIFA (TSG), qui attribue des points de fair-play aux équipes en fonction de leur comportement.

L'objectif est de mettre en avant l'esprit d'équipe, que ce soit chez les joueuses, chez les entraîneurs, au sein du personnel d'encadrement ou chez les spectateurs des tournois de la FIFA. Et si la sélection du Japon a remporté cette distinction grâce à ses 21 joueuses, elle peut la partager avec tout un pays qui a enchanté les 15 autres équipes participantes et le monde entier par sa sympathie, son accueil chaleureux et son organisation sans faille, un peu plus d’un an après les terribles catastrophes naturelles qui ont frappé le pays.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Dzsenifer MAROZSAN (GER)

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2012

Dzsenifer MAROZSAN (GER)

18 août 2012

Japon 2012 : Les récompenses

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2012

Japon 2012 : Les récompenses

08 sept. 2012

The teams of USA and Germany in the tunnel

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2012

Un compte à régler dans une finale annoncée

06 sept. 2012

Ayu Nakada (#6) of Japan gestures

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2012

Petzelberger veut réparer son passé

02 sept. 2012