Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, France 2018

5 août - 24 août

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2018

Plein de bonne volonté

© Getty Images
  • ​600 volontaires participent à la Coupe du Monde Féminine U-20
  • À Vannes, ils sont 160 en poste
  • Leurs missions concernent le public, les joueuses, et des tâches plus techniques

Sans volontaires, une compétition comme la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA France 2018 ne pourrait avoir lieu. Les volontaires accueillent, conseillent, guident, soutiennent, aident... et tout ça dans la bonne humeur.

Quand on entre dans le centre des volontaires de Vannes, on comprend rapidement les raisons de la bonne ambiance qui plane sur la compétition. Baby-foot, table de ping-pong, classement des pronostics, décorations festives et colorées, drapeaux des 16 équipes présentes - auxquels vient évidemment s'ajouter celui de la Bretagne -, listing des anniversaires... tout est fait pour que les volontaires se sentent chez eux.

FIFA.com a rencontré Elodie, Pierre-Yves et Alain, trois volontaires, afin qu'ils nous parlent de leur expérience.

Prénom : Elodie

Âge : 24 ans

Profession : Professeur d'EPS

Poste volontaire : MORG (Match Organisation)

Ville : Angers (Maine-et-Loire)

Meilleur souvenir : La rencontre avec tout le monde et le fait d'être au plus près des équipes et du terrain, de vraiment vivre la Coupe du Monde de l'intérieur.

Prénom : Pierre-Yves

Âge : 64 ans

Profession : Retraité (ancien professeur d'EPS)

Poste volontaire : Joker

Ville : Carnac (Morbihan)

Meilleur souvenir : L'implication des gens en tant que volontaires. Quand il y a le match il y a une sorte d'engouement et c'est ce qui fait que tout se passe bien. Il y a une homogénéité dans l'implication.

Prénom : Alain

Âge : 46 ans

Profession : Chef d'entreprise dans la technique/robotique/électronique industrielle

Poste volontaire : ICT (Information & Communication Technology)

Ville : Vannes (Morbihan)

Meilleur souvenir : La première journée, le lancement de la compétition sur le site de Vannes. Une journée particulière avec la satisfaction qu'à la fin de la journée, tout ce soit déroulé convenablement.

La première chose qui saute aux yeux, c'est leur enthousiasme. Ils sont heureux de faire partie de cette aventure hors du commun et fiers de montrer leur engagement. "Dans un premier lieu, il y avait un aspect un petit peu plus technique en relation avec mon quotidien professionnel et au fur et à mesure il y a aussi eu le fait qu'on soit sur un événement qui a une notoriété, une portée médiatique. C'est également l'idée de servir sa région, sa ville et de donner un sens à un événement. C'est une opportunité de rendre service", explique Alain.

"On veut profiter de l'expérience qui nous est proposée à proximité. C'est un événement mondial, à côté de chez nous. En plus ce sont les filles. C'est quelque chose qui attire", surenchérit Élodie. Pour Pierre-Yves, c'est la synthèse de ces deux éléments qui l'a attiré : "Je partage les deux choses. Il y a l'envie de représenter une région, de faire en sorte que ça réussisse. Et puis il y a l'événement en tant que tel, le sport féminin, les U-20. Ce sport féminin dont on a besoin de valoriser l'émergence, spécialement chez les jeunes".

À Vannes, les volontaires sont 160, œuvrant sur de nombreuses tâches. Elodie a eu la chance d'obtenir le poste qu'elle souhaitait depuis le début. "Je suis à l'organisation des matches, on a pour mission de s'occuper de tout ce qui se passe aux vestiaires, l'accueil des équipes, qu'elles se sentent bien et à l'aise pour jouer leurs matches. Et puis on aide les médecins de la FIFA pour les contrôles antidopage. On va voir la joueuse, on l'informe qu'elle a été choisie pour le contrôle et on l'escorte jusqu'à la doping-room pour qu'elle puisse faire ce qui est nécessaire".

Le rôle d'Alain est bien différent de celui d'Elodie : "Je suis sur la mission ICT. On met à disposition des moyens techniques, pour que le photographe, le journaliste, trouve tout ce dont il a besoin. On est un peu le lien entre l'utilisateur et le prestataire de services techniques".

Quant à Pierre-Yves, il fait partie des "Jokers", ces volontaires qui participent à des missions variées et qui changent à chaque jour de match. "J'ai fait la billetterie, j'ai été placier une autre fois, la prochaine fois je devrai accompagner la mascotte. L'organisation fait en sorte qu'on puisse tourner, voir aussi un peu les matches. En fin de compte, on touche à tout et on va où on nous dit d'aller et on le fait avec de la bonne humeur entre copains, parce que ce ne sont pas des collègues qu'on a, mais bien des copains".

Pas facile donc d'imaginer la fin de la compétition pour ces trois volontaires qui viennent de passer le mois d'août dans leur bulle. "Dans quelques jours, c'est le clap de fin. On aurait envie que ça dure encore un petit peu. Il y aura un après et il faudra le gérer", confie Alain. "Ça va être comme un lendemain de fête", rebondit Pierre-Yves.

Les volontaires de cette Coupe du Monde du Monde Féminine U-20 ont marqué l'événement. "Maintenant quand on sort le soir et qu'on se promène dans les rues, les gens nous reconnaissent. C'est la meilleure des récompenses, d'être reconnu et remercié pour le travail qu'on fait", conclut Elodie.

Articles recommandés

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2018

Neid : "Le succès ne fait pas tout"

20 août 2018

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2018

Pichon : "La France rayonne de plus en plus"

19 août 2018