Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Egypte 2009

Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Egypte 2009

24 septembre - 16 octobre

;

L'Afrique salue le triomphe du Ghana

The Ghana players celebrate
© Getty Images

Quelques heures après la formidable victoire des Black Satellites dans la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Égypte 2009, FIFA.com revient sur une compétition historique en de nombreux points.

L'Égypte est un pays chargé d'histoire. Cette grande nation doit une partie de sa renommée aux réalisations extraordinaires d'une antique civilisation. Dans ces conditions, rien d'étonnant à ce que la Coupe du Monde U-20 de la FIFA organisée sur le sol égyptien marque le début d'un nouveau chapitre dans la longue histoire de la compétition.

De nombreux records ont été battus cette année, à commencer par le nombre de buts inscrits et le nombre de spectateurs venus assister aux matches. De son côté, la Coupe du Monde U-20 de la FIFA s'est avérée fidèle à sa réputation en nous dévoilant les noms des futurs successeurs de Maradona et Messi. Ce n'est cependant pas là le plus important. En effet, Égypte 2009 marque une étape importante dans l'évolution du football mondial : pour la première fois, une équipe africaine a inscrit son nom au palmarès de ce prestigieux tournoi de la FIFA, le deuxième par ordre d'importance.

Cet exploit légendaire appartient au Ghana, qui mérite amplement son succès. Emmené par le meilleur joueur et meilleur buteur de l'épreuve, Dominic Adiyiah, les Black Satellites ont proposé un mélange de technique et de puissance détonnant, comme en témoignent les seize buts inscrits tout au long de la compétition. Si les protégés de Sellas Tetteh n'ont pas pu trouver la faille en finale contre le Brésil, ils ont su s'appuyer sur une autre qualité essentielle pour arracher la victoire : la force de caractère.

Tenir en échec une équipe du calibre de Brésil à dix contre onze pendant 83 minutes force déjà le respect. Trouver les ressources mentales et physiques pour s'imposer aux tirs au but à l'issue de la prolongation tient du miracle. Les 70 000 spectateurs présents au stade international du Caire ne s'y sont pas trompés et ont dûment fêté les champions à l'issue de la partie. A l'heure où l'Afrique se trouve littéralement propulsée au centre de la planète football, le Ghana des Adiyiah, André Ayew et Ransford Osei illustre plus que toute autre équipe les qualités et les ressources dont dispose aujourd'hui le football africain. Comme le sélectionneur ghanéen le soulignait au micro de FIFA.com après le triomphe de son équipe : "Ce soir, nous avons fait plaisir à beaucoup de gens".

Le tournoi des surprisesSi les Black Satellites de Tetteh furent incontestablement les stars de cette grande production internationale, les seconds rôles se sont également distingués. Ainsi, le Brésil n'a cédé en finale qu'à l'issue de l'épreuve des tirs au but. On peut donc comprendre la déception de Giuliano qui, au coup de sifflet final, regrettait que la meilleure équipe n'ait pas gagné. Lauréat du Ballon de bronze adidas, le numéro 10 brésilien a tout de même enchanté les foules pendant toute la durée du tournoi. Des joueurs comme Alex Texeira, Alan Kardec ou encore Douglas ont largement profité de la tribune qui leur était offerte pour signaler à Dunga qu'il faudrait compter avec eux à l'avenir.

Égypte 2009 fut aussi le "tournoi des surprises", pour reprendre les mots de Jack Warner, vice-président de la FIFA. Une semaine avant le coup d'envoi de la compétition, rares étaient ceux qui imaginaient le Costa Rica et la Hongrie en demi-finale. Le fait que ces deux équipes aient débuté leur parcours par deux cinglantes défaites 0:5 et 0:3 face au Brésil et au Honduras, respectivement, illustre parfaitement leur formidable montée en puissance.

Sous l'impulsion de leur excellent capitaine Vladimir Koman, les Magyars se sont adjugé la médaille de bronze après avoir dominé les Ticos aux tirs au but. Malgré ce succès étriqué, tout le monde s'accorde à dire que les hommes de Sandor Egervari méritent amplement leur place sur le podium. De leur côté, les Costaricains rentrent au pays auréolés de quelques superbes performances. Diego Estrada, Esteban Alvarado et Josué Martinez ont souvent brillé, particulièrement lors de la victoire costaricaine sur l'Égypte en huitièmes de finale.

Certains regretteront que le pays hôte n'ait pu aller plus loin. Hany Abo Rida, président du Comité organisateur, a reconnu avec franchise que le tournoi était, de ce point de vue, "teinté d'une légère déception". Pourtant, les scènes de liesse populaire aperçues lors des victoires au premier tour contre Trinité-et-Tobago et l'Italie resteront encore longtemps dans les mémoires. De même, les fans égyptiens n'oublieront pas de sitôt l'extraordinaire rentrée de Bogy contre les Azzurrini.

Les fans italiens ont eux aussi découvert de futurs grands noms en Andrea Mazzarani et Mattia Mustacchio. Le défenseur tchèque Ondrej Mazuch, l'Allemand Lewis Holtby et les Espagnols Aaron Niguez et Fran Merida sont autant de révélations, côté européen. Les amateurs de football asiatique suivront quant à eux avec intérêt le parcours d'Amer Abdulrahman et de Koo Ja Cheol, tous deux présents dans la liste des candidats aux diverses récompenses individuelles. Bien entendu, les bonnes performances de ces deux jeunes espoirs ne sont pas étrangères au fantastique parcours des EAU et de la République de Corée.

Tous ces champions et bien d'autres encore ont contribué à faire de l'édition 2009 de la Coupe du Monde de la FIFA la plus prolifique de l'histoire avec 167 buts. Le précédent record était détenu par Malaisie 1997 avec 165 réalisations. En outre, 1 295 586 spectateurs sont venus assister à l'ensemble des rencontres, ce qui constitue également un nouveau cap historique. En 2007, 1 195 239 personnes s'étaient pressées dans les stades canadiens pour admirer les futures stars du football mondial.

Après un tel tournoi, il n'était que justice que le mot de la fin reviennent à son étoile la plus brillante. Fraîchement sacré champion du monde, troisième meilleur buteur de l'histoire de la compétition et lauréat du Ballon d'or adidas et du Soulier d'or adidas, Dominic Adiyiah ne pense déjà qu'à l'avenir. "Je ne vais pas me reposer sur mes lauriers, confie-t-il à FIFA.com. Je veux marcher sur les traces de Messi, Saviola et Agüero. Je veux connaître la même progression. Je vais travailler dur pour arriver au sommet".

Le monde se prépare désormais à suivre l'irrésistible ascension d'Adiyiah et des autres vétérans d'Égypte 2009 avec le plus grand intérêt.

Les pays qualifiésAfrique du Sud, Cameroun, Egypte, Ghana, Nigeria, Australie, EAU, Ouzbékistan, République de Corée, Angleterre, Allemagne, Espagne, Hongrie, Italie, , République tchèque, Costa Rica, Etats-Unis, Honduras, Trinité-et-Tobago, Tahiti, Brésil, Paraguay, Uruguay, Venezuela

Classement final
1. Ghana
2. Brésil
3. Hongrie
4. Costa Rica

SitesAlexandrie, Le Caire, Ismaïlia, Port Saïd, Suez

Nombre de buts167

Meilleurs buteurs8 buts : Adiyiah (GHA)
5 buts : Koman (HUN)
4 buts : Niguez (ESP), Del Valle, Rondon (both VEN), Kardec (BRA), Osei (GHA)

Nombre de spectateurs total1 295 586

Moyenne24 915

;

Second tour

;

COUPE DU MONDE U-20 - CHRONOLOGIE