Championnat du Monde Juniors de la FIFA, Qatar 1995

Championnat du Monde Juniors de la FIFA, Qatar 1995

13 avril - 28 avril

;

L'Argentine de retour au sommet

Argentina
© FIFA.com

*Le vainqueur : 
*
Après la victoire de la génération dorée de 1979, l'Argentine a enfin retrouvé la gloire, 16 ans plus tard au Qatar. Cette fois, les troupes de José Pekerman ont conquis leur titre non pas grâce à des individualités exceptionnelles, mais bien grâce à un collectif parfaitement huilé. Une défense de fer, un milieu de terrain efficace et une maîtrise tactique inébranlable, tels ont été les ingrédients du succès argentin. Sur chaque ligne, un meneur d'hommes régnait : le gardien de but Joaquin Irigoytia, le défenseur central et capitaine Juan Sorin, le milieu de terrain Ariel Ibagaza et l'attaquant Walter Coyette. Solides, les Albicelestes ont renversé tous leurs adversaires, jusqu'au Brésil en finale (2-0). A noter l'excellent coaching de José Pekerman, qui a fait entrer en jeu les buteurs de la demi-finale et de la finale à bon escient.

**
Les surprises : 

**Le tournoi n'a pas recelé de grosses sensations, et a même, pour ce qui concerne le dernier carré, été étonnamment conforme à la hiérarchie mondiale. Plus latins que jamais, avec l'Argentine, le Brésil, l'Espagne et le Portugal pour composer les demi-finales, ces Championnats du Monde Juniors de la FIFA ont offert un spectacle superbe. Au plan des individualités, le Brésil a cependant surpassé tous ses adversaires.

Au milieu des ogres habituels de la compétition, deux équipes ont tout de même réussi un beau tournoi, se hissant jusqu'en quarts de finale. L'Australie en premier lieu, qui a su se sortir d'un Groupe D très délicat, éliminant au passage l'Allemagne et le Costa Rica, et terminant deuxième derrière le Cameroun. En quarts de finale, les Young Socceroos ont cédé d'extrême justesse contre le Portugal, ne s'inclinant que sur le but en or. Dans cette formation, l'attaquant Mark Viduka a réellement explosé (4 buts en 4 matches), tandis que Josip Skoko a démontré son excellente technique.

Autre surprise, le Japon, qui a également atteint les quarts de finale. Sortis d'un groupe difficile (Espagne, Burundi, Chili), les hommes de Koji Tanaka ont échoué de peu contre le Brésil (2-1). Très bons techniciens, ils ont également progressé physiquement, tenant désormais tête aux meilleurs. Au centre de cette formation, le talentueux Hidetoshi Nakata a particulièrement impressionné par son sens du jeu.

**Le meilleur joueur du tournoi : 

**Le Brésil, de l'avis de tous, est venu au Qatar avec une superbe génération de techniciens. Caio est sans doute le plus représentatif de ceux-là. Attaquant complet et élégant, autant marqueur que passeur, il a grandement aidé son équipe à atteindre la finale en marquant cinq fois et en donnant deux passes décisives. Surtout, sa maîtrise technique lui permet d'avoir une vision du jeu quasi-parfaite. Formé au Sao Paulo FC, il a rejoint l'Inter Milan après la compétition. Il a ensuite été transféré à Naples, avant de retourner au Brésil, à Santos, Flamengo puis à Fluminense, où il évolue toujours.

**Sous les feux de la rampe : 

**Juan Sorin (ARG), Mark Viduka (AUS), Caio (BRA), Luizao (BRA), Zé Elias (BRA), Pierre Wome (CMR), Geremi Njitap Fotso (CMR), Hector Tapia (CHI), Paulo Wanchope (CRC), Ryuzo Morioka (JPN), Hidetoshi Nakata (JPN), Kitzito Musampa (NED), Dani (POR), Ivan De la Pena (ESP), Joseba (ESP), Raul Blanco (ESP), Miguel Salgado (ESP), Fernando Morientes (ESP), ...

Qatar 1995 en chiffres :

Palmarès :

  1. Argentine 
  2. **Brésil 

    **

  3. **Portugal 

    **

  4. Espagne

Buts marqués : 105 (moy. : 3,28)

Meilleure attaque : Espagne, 19 buts

Soulier d'Or, d'Argent et de Bronze :

  1. Joseba (ESP), 7 buts 
  2. **Dani (POR), 4 buts, 5 passes 

    **

  3. Caio (BRA) 5 buts, 2 passes

Les villes d'accueil : Tous les matches se sont joués à Doha : Khalifa Stadium, Al-Ahli Club, Qatar Club

Spectateurs : 455 000 (finale : 65 000)

Moyenne de spectateurs : 14 219

**La stat du tournoi : 

**Le match Pays-Bas - Honduras a dû être arrêté par l'arbitre, quatre joueurs de l'équipe d'Amérique centrale ayant été expulsé, un cinquième gravement blessé et le contingent de remplaçants utilisé. Les hommes de Luis Paz Camargo se sont retrouvés à moins de sept sur le terrain, ce qui est interdit. Pour la première fois dans une compétition de la FIFA, un match a donc été arrêté avant son terme.

;

Second tour

;

COUPE DU MONDE U-20 - CHRONOLOGIE