Dominé, réduit à dix en première mi-temps, le Ghana a pourtant battu le Brésil en finale d’Égypte 2009 et offre par la même occasion une première couronne mondiale U-20 au continent mère.

Comme en 1991 face au Portugal (0:0, 2:4 tab), les Auriverdes n’ont pas réussi à supporter la tension d’une fatidique séance de tirs au but.

Conscient de posséder une défense plutôt friable, le Ghana était entré dans ce match en assurant ses arrières. Le jeu en contres, voilà qui semblait être le choix des champions d’Afrique.

Fort logiquement, ils allaient donc être littéralement bombardés par un Brésil maître de son football. Giuliano ouvrait le bal par une tête non cadrée (3’) avant de servir sur coup franc Paulo Henrique qui manquait le cuir d’un cheveu (11’).

Domination auriverde
Après les sueurs froides, place au travail pour le portier ghanéen. D’abord chauffé par Alex Teixeira (14’), Daniel Agyei ne tremblait pas plus sur la tentative lointaine de Douglas (22’).

Les Black Satellites s’aventuraient alors un peu plus dans le camp brésilien. Bien que peu dangereux, ils monopolisaient le cuir. Jusqu’à ce que voyant Alex Teixeira partir en contre dans son dos, Daniel Addo revenait à grandes enjambées stopper irrégulièrement l’ailier gauche. Carton rouge direct (37’). Tel est pris qui croyait prendre…

Cette finale n’allait alors être qu’à sens unique. Sans jamais s’affoler, le Brésil conservait le ballon, tournait autour de l’arrière-garde adverse pour enfin se montrer dangereux.

Après la pause, Giuliano s’essayait à nouveau de la tête et Jonathan Mensah détournait juste au dessus de sa transversale dans la confusion générale (50’). Quelques minutes plus tard, Alex Teixeira trouvait Souza au deuxième poteau mais la tête du milieu de Vasco filait tout droit dans les gants d’Agyei (58’).

Un Ghana éreinté mais héroïque
Puis plus les minutes avançaient, plus la rencontre devenait tendue. Si le Brésil poursuivait sa large domination, l’étau semblait peu à peu se resserrer tant les Ghanéens se montraient héroïques. Tout un symbole, même si André Ayew ne pouvait presque plus marcher au coup de sifflet final, le capitaine ne voulait surtout pas céder sa place.

On allait donc disputer une prolongation pour la cinquième fois dans une finale de Coupe du Monde U-20 de la FIFA (après 1985 et 1991), seulement la troisième sur un score nul et vierge.

Épuisées par tant d’efforts, les deux équipes offraient énormément d’espace. Le Brésil pensait d’ailleurs ouvrir le score sur une contre-attaque mais Maicon, pourtant seul aux six mètres, trouvait un mur nommé Agyei face à lui (96’). Certainement l’un des plus beaux arrêts du tournoi.

Mais comme pour mieux prouver que la compétition ne voulait pas quitter l'Égypte, les vingt-deux acteurs allaient devoir se départager par une terrible séance de tirs au but. Un exercice qui ne réussit décidemment pas au Brésil…