Le Mexique a logiquement battu la France lors du match pour la troisième place de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2011, ce 20 août à Bogota. Dans un stade Nemesio Camacho El Campin déjà plein dans l’attente de la grande finale, les Bleuets se sont inclinés 1:3 et laissent les Aztèques monter sur le podium.

Pourtant, tout avait bien commencé pour les joueurs de Francis Smerecki. Il ne faut que deux minutes à Antoine Griezmann pour centrer de la gauche à ras de terre pour Gilles Sunu, mais Jose Rodriguez sort vite dans ses pieds (2’). On inverse ensuite les rôles, Sunu s’échappant côté droit avant de redresser pour Griezmann, devancé de justesse par Rodriguez (5’). Dans tous les bons coups, l’attaquant de la Real Sociedad met encore le portier mexicain à contribution sur une frappe à ras de terre des 16 mètres (7’). Dans la minute suivante, il décale Timothée Kolodziejczak dont le centre est parfait pour la tête de Lacazette, seul aux six mètres. L’attaquant français, pour sa première titularisation, inscrit son cinquième but et rejoint le Brésilien Henrique dans la course au Souier d’or adidas (8’, 0:1).

Les souliers de Lacazette seront peut-être en or à la fin du tournoi, les gants de Jonathan Ligali, eux, sont faits d’une matière bien moins solide. Sur une frappe d’Ulises Davila, cadrée mais sans réel danger, le gardien tricolore laisse échapper le cuir, qui file entre ses jambes (12’, 1:1). Dans la foulée, il doit s’y reprendre à deux fois pour capter un tir enroulé d’Edson Rivera (17’). Heureusement, ses partenaires se montrent toujours aussi dangereux, comme Sunu qui remonte tout le terain balle au pied avant de servir Lacazette. Mais sa chute dans la surface ne lui rapporte qu’un carton jaune (23’).

L’inspiration manque ensuite aux attaquants, puisque pendant un bon quart d’heure, les deux gardiens de but sont au chômage technique. C’est finalement Griezmann, passé côté droit, qui redonne un peu de piment à la fin de première période. Mais son tir à l’entrée de la surface passe au-dessus (42’), tout comme celui de Sunu, encore plus haut (43’).

Têtes en l'air
C’est aussi dans les airs que démarre la deuxième période. Sur un long coup franc de Diego De Buen, la tête de Rivera est prolongée par celle du remplaçant Jorge Valencia jusqu’à Jorge Enriquez qui marque à bout portant (49’, 2:1). La réponse française est maladroite, que ce soit une tête de Kalidou Koulibaly sur corner (55’), ou les frappes de loin de Sunu (58’) et Clément Grenier (60’). Les Aztèques frappent moins, certes, mais sont plus précis. Sur un corner parfaitement frappé par Davila, Rivera expédie une tête un plongeante que Ligali voit à peine passer. Lorsqu’il ramasse le cuir, c’est dans son but et El Tri s’échappe (71’, 3:1).

Avec deux buts de retard, les Bleuets jettent leurs dernières forces dans la bataille pour conclure sur une bonne note une campagne colombienne réussie. Cédric Bakambu est tout près de raviver l’espoir, mais sa tête à bout portant est un peu trop croisée (84’). Mais ils s’exposent également à des contres que les Nord-Américains négocient mal, notamment Davila (86’), puis Enriquez (87’). Peu importe, les Mexicains ont assuré leur victoire et leur place sur le podium depuis bien longtemps.

Pour les Français, le goût amer de la défaite ne doit pas faire oublier les belles performances durant tout le tournoi, puisque les Bleuets ont atteint pour la première fois les demi-finales dans la catégorie.