L’équipe de France était confrontée à une équipe nigériane forte d’un festival offensif au premier tour et pouvait donc s’attendre à des vagues vertes dès l’entame à Cali ce 14 août. Pourtant le début de rencontre est plutôt bleu, en témoigne cette tête plongeante hors cadre de Timothée Kolodziejczak sur un coup franc de Clément Grenier (3’).

Mais les Flying Eagles se remettent vite dans le bain. Notamment l’intenable Ahmed Musa. Sur le côté gauche, l’ailier du VVV Venlo pose de sérieux problèmes à Loïc Négo et Sébastien Faure. Un slalom, il repique et tire (12’), Kalidou Koulibaly est au contre. Nouveaux débordements, mais ses centres (21’, 28’) ne trouvent personne.

Ça ne marche pas à gauche, il se déporte sur le côté droit et peut adresser une bonne frappe que Jonathan Ligali capte en deux temps (29’).

Lacazette sorti de sa boite
Et les Français dans tout ça ? Ils sont bien en position, combinent proprement en milieu de terrain, mais la dernière passe est trop souvent approximative. Tout de même, Cédric Bakambu est bien servi à l’entrée de la surface côté droit, son tir croisé est détourné en corner par Dami Paul (33’). Au même moment, Alexandre Lacazette remplace Gilles Sunu, semble-t-il touché.

Et comme souvent depuis le début du tournoi, l’entrée du Lyonnais va changer la donne. Dès le retour des vestiaires, Grenier le sert dans la profondeur et Emmanuel Anyanwu joue très mal le hors-jeu. "Lacaze" finit le travail d’une jolie frappe croisée (1:0, 50’).

Le match s’emballe enfin. Une combinaison nigériane se termine par un tir contré d’Abdul Ajagun tout proche du poteau (54’). Sur un contre, Grenier sert parfaitement Gueida Fofana qui perd son duel face à Paul (59’).

Dans la même minute, Musa profite d’une mésentente dans la défense française pour devancer Ligali de la tête, mais il manque le cadre (59’). Musa essaie encore sa spéciale "je passe à gauche, je repique et je frappe", mais c’est au-dessus (63’).

Les Africains poussent mais le verrou bleu tient le choc. En contre, les garçons de Francis Smerecki sont dangereux avec leurs deux remplaçants de luxe, Lacazette et Gaël Kakuta. Mais l'incroyable se produit : à 15 secondes de la fin des arrêts de jeu, Uche Nwofor dévie un ballon de la tête et Maduabuchi Ejike, inexplicablement seul aux six mètres, envoie les siens en prolongation (1:1, 90' +3).

Cuvée qui râpe
Mais la cuvée "Bleuets 2011" est accrocheuse. Malgré ce coup du sort,  les Français sont les plus incisifs dans le temps supplémentaire. Et ne tardent pas à le montrer au tableau d'affichage. Servi d'une pichennette de Grenier aux 25 mètres, Gueida Fofana tente et réussit une demi-volée qui finit sa course dans la lucarne  opposée (2:1, 102'). Pas le temps de respirer que le break est fait : superbe contre initié par Kakuta, qui sert Lacazette seul au deuxième poteau. Plein de sang froid, le Gone dribble Paul et marque dans le but déserté (3:1, 103').

La messe semble dite, mais les fidèles nigérians n'ont pas encore quitté l'enceinte. Sani Emmanuel décoche une énorme frappe qui heurte l'angle des buts de Ligali. Le rebond est pour Nwofor dont le tir est dévié par le messie Ejike (3:2, 111').

Les neuf dernières minutes sont interminables pour les Européens, mais les Bleuets se qualifient pour la première demi-finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA de leur histoire où ils retrouveront le Portugal, à Medellin le 17 août prochain.