Il y avait deux grandes équipes sur le terrain en quart de finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA ce 14 août 2011 à Pereira, mais il ne pouvait y avoir qu’un seul qualifié. L’ultime billet pour le dernier carré est revenu à au Brésil, vainqueur de l’Espagne après la séance de tirs au but, mais surtout, après l’un des lus beaux matches du tournoi.

Car c’est bien l’Espagne qui a dominé la rencontre. La première incursion dans le camp brésilien est signée Rodrigo, mais sa frappe du gauche file à quelques centimètres du poteau droit de Gabriel (2’). Le Brésil répond par un superbe contre, conclu par une passe de Philippe Coutinho pour Henrique, mais le tacle de Jordi Amat est une pure merveille, saluée comme il se doit par les tribunes du stade Hernan Ramirez Villegas (12’).

La possession est rouge et Rodrigo s’échappe à droite et sert dans l’axe Isco dont le tir termine dans les bras de Gabriel (20’). On inverse ensuite les rôles : la magnifique passe lobée d’Isco dans la course de Rodrigo amène à une frappe sans contrôle bloquée par Gabriel (22’), qui est encore là pour sortir la mine d’Oriol Romeu de 20 mètres (29’).

Pas habitué à courir derrière la balle, le Brésil tente sa chance en contre. Sur l’un d’eux, Oscar centre à ras de terre de la droite pour un Henrique un poil trop court (32’). Il est en revanche au bon endroit pour recevoir une passe de Coutinho, et expédier une frappe enroulée sur la transversale. Le cuir rebondit sur la ligne, et Willian est plus rapide que la défense espagnole pour le pousser au fond (35’, 1:0). Danilo ensuite trouve Henrique à droite, mais la sortie de Fernando Pacheco et le dégagement de Jordi Amat maintiennent l’Espagne à flot avant la pause (39’).

Spectacle et suspense
Au retour des vestiaires, Isco est le premier à inquiéter le gardien auriverde, mais sa tentative de la gauche finit dans le petit filet (51’). La Seleçao profite de chaque contre comme lorsqu’Oscar, parti de son propre camp, remonte tout le terrain et frappe au ras du poteau de Fernando Pacheco (54’). Un 2:0 aurait été cruel pour la Rojita, tant les protégés de Julen Lopotegui proposent un football séduisant. Ça tombe bien, ils en sont récompensés ! Après une succession de passes, le latéral droit Hugo Mallo décoche un centre sans contrôle que Rodrigo coupe d’une tête plongeante au premier poteau (57’, 1:1).

La réaction brésilienne - toujours en contre - est au moins aussi bien construite, Coutinho lançant Juan Jesus à gauche, pour un centre au second poteau que Willian reprend de la tête, mais hors cadre (63’). Avec tant de talent sur la pelouse, chaque action est un régal pour les spectateurs. Pour preuve, la passe en profondeur de Sergio Canales pour la frappe enchaînée de Koke et la parade de la jambe de Gabriel (66’). Histoire de satisfaire les deux virages, les Sud-Américains répliquent par un tir de 20 mètres du remplaçant Negueba, servi par Danilo, que Pacheco effleure du bout des doigts (69’).

Ignorant la fatigue de son huitième conclu aux tirs au but, l’Espagne semble plus en jambes, mais des deux côtés, on a du mal à finir les actions. Gabriel a cependant du travail en sortant dans les pieds de Koke (88’), puis repoussant un tir de Canales (90’). Les deux équipes prolongent donc le plaisir des spectateurs pendant 30 minutes. Le Brésil pense décrocher sa place en demi-finale grâce au remplaçant Dudu, qui conclut un une-deux parfait avec Henrique par une frappe précise à gauche de Pacheco (100’, 2:1). Mais l’Espagne réagit immédiatement, également grâce à un joueur venu du banc, Alvaro Vasquez reprenant de volée le centre de la gauche de Carles Planas (102’, 2:2). Et vu que le public en demande encore, on leur sert une dernière dose de bonheur et de suspense aux tirs au but… Et l’ange Gabriel envoie le Brésil au paradis - une demi-finale contre le Mexique - en repoussant les tir de Jordi Amat et Alvaro Vazquez.