Battu par l’Espagne en ouverture après une belle résistance, le Costa Rica a montré sa capacité de réaction face à l’Australie ce 3 août 2011 à Manizales. Les Centraméricains se sont imposés dans un match riche en buts et en suspense.

C’est pourtant l’Australie qui se met sur la bonne voie, avec une première occasion signée Kofi Danning, qui hérite du cuir dans l’angle droit de la surface. Sa frappe sans angle donne une première frayeur aux Ticos mais pas de premier but aux Aussies (3’). Pas plus de réussite pour Kerem Bulut, servi parfaitement par Dimitrios Petratos, mais écœuré par un réflexe brillant de Mauricio Vargas du pied (11’).

Au plus fort de la tempête océanienne, le Costa Rica sort la tête de l’eau, et de quelle manière ! Le prodige Joel Campbell feinte la frappe, élimine son défenseur et trompe Mark Birighitti (22’, 0:1). Mais l’Australie ne se laisse pas le temps de douter. Une longue touche prolongée par Bulut permet à Thomas Oar de marquer en tendant la jambe de près (26’, 1:1). On croit l’Australie relancée, mais Campbell et son clan sont déchaînés.

C’est encore l’attaquant qui, une minute après l’égalisation, profite d’une balle mal dégagée pour faire apprécier sa frappe d’une demi-volée qui trompe le dernier rempart des Socceroos (27’, 1:2).

Pas de doublé, pas de triplé, mais un C.S.C.
Les Ticos contiennent les assauts australiens, jusqu’au repos, mais commencent à montrer des signes de fatigue au retour des vestiaires. Le centre de Terry Antonis est d’abord repris par Oar, mais le premier buteur est privé du doublé par le poteau (53’). Campbell, lui, pense au triplé mais les défenseurs ne l’entendent pas de cette oreille et préfèrent mettre fin à son numéro technique en utilisant les grands moyens, en l’occurrence une vilaine faute (56’).

En plus d’être rugueux, les Australiens sont aussi chanceux. Ou les Costaricains maladroits, c’est au choix. Toujours est-il que le pauvre Francisco Calvo, en voulant dégager, se trompe de sens et bat son propre gardien (64, 2:2). Les joueurs de Jan Verlseijen espèrent que ce coup du sort va définitivement doucher les ardeurs ticas, mais c’est tout le contraire qui se passe.

Sur un corner botté par Campbell, le jeune John Ruiz est au bon endroit pour remettre les Centraméricains devant et inscrire son second but du tournoi (72’, 2:3). Il ne le sait pas encore, mais le jeune Tico vient d’inscrire le but de la victoire, car malgré la pression australienne dans les 20 dernières minutes, il manque la précision sur chaque occasion.

Campbell, lui, verra la fin de match du banc de touche mais aura reçu une ovation en quittant le terrain. De quoi gonfler son moral avant le match capital de la troisième journée face à l’Equateur. L’Australie devra pour sa part affronter une Espagne déjà qualifiée, tout en sachant qu’une victoire ne serait pas forcément synonyme de qualification.