Il fait chaud et humide ce 30 juillet à Carthagène pour le premier match du Groupe E entre le Panama et l’Autriche. Ce qui explique sans doute le départ en douceur de la rencontre. Les Panaméens sont les premiers en action, peut-être motivés par la présence dans les tribunes d’un invité de marque : Ricardo Martinelli, le Président du pays.

Sur coup-franc, Francisco Vence sert Harold Cummings mais le tir du joueur de River Plate en Uruguay n’est pas cadré (16’). Puis José Alvarez se procure deux occasions : son contrôle est un peu long sur une bonne ouverture (23’), son tir de poussin fiévreux n’inquiète pas Samuel Radlinger au sortir d’une bonne course (24’).  

Les Centraméricains semblent tenir leur match, mais les Autrichiens se réveillent d’un coup. Andreas Weimann déborde à gauche et adresse un centre parfait pour Robert Zulj, seul à quatre mètres du but. L’attaquant de Ried trouve le moyen de tirer sur Luis Mejia, mais le ballon lui revient dans les pieds. Deuxième chance, deuxième passe au gardien… (28’)

Ce sont des choses qui arrivent, doit-on se dire sur le banc autrichien. Mais la plaisanterie devient plus amère pour les Européens lorsque Daniel Offenbacher, lui aussi parfaitement servi dans la boite par Weimann, rate le cuir et le but tout fait (45’). On imagine un sympathique cours accéléré de finition par le sélectionneur autrichien Andreas Heraf dans les vestiaires…

Finir le travail
Mais la deuxième période est la copie conforme de la première : les Panaméens jouent en vitesse dans les premières minutes mais manquent cruellement d’un serial buteur pour véritablement être dangereux.

Petit à petit, les Autrichiens prennent le dessus. Mais restent très imprécis dans le dernier geste. Un centre d’Emir Dilaver trouve la tête de Weimann, mais Mejia claque en corner (80’). Georg Teigl trouve encore le portier panaméen sur sa route sur un tir à ras de terre (83’) et Weimann, de la tête, rate le cadre (86’).

Cependant, les Catrachos finissent plus fort. Cecilio Waterman s’échappe et frappe au but dans un angle fermé, mais Radlinger veille (90’). Le buteur de Fenix est ensuite un peu court sur un centre de Jairo Jimenez (93’). Mais c’est sur un nul vierge qui n’arrange personne que les deux équipes se quittent. Il faudra faire mieux lors de la deuxième journée.