Le grand jour est arrivé à l’Ali Sami Yen Arena d’Istanbul. La finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013 doit sacrer un champion inédit puisque ni la France ni l’Uruguay n’ont soulevé ce trophée dans leur histoire. Et visiblement, les dieux du football ont eu du mal à décider qui pourra se sentir leur égal en ce 13 juillet 2013, puisque la couronne mondiale s’est offerte à l’issue des tirs au but.

Si les Bleuets on la maîtrise du ballon, les Charruas dans une configuration inédite avec les premières titularisations de l’expérimenté Emiliano Velazquez en défense centrale et du grand Felipe Avenatti en attaque, ont les meilleures occasions. Le tir écrasé de Nicolas Lopez dès la quatrième minute n’en est pas vraiment une, mais il annonce des frayeurs à venir pour la défense française. Notamment lorsque ce même Lopez exploite immédiatement une tête en retrait pas assez appuyée de Mouhamadou Naby Sarr. Mais Alphonse Areola a le réflexe parfait pour sortir sa reprise instantanée (20’).

Velazquez refait ensuite le portrait de Yaya Sanogo sur un tacle sévère et récolte le jaune dans la palette de couleurs de l’arbitre (35’). Les Uruguayens en veulent plus dans les duels, ce qui permet à Lopez d’échapper encore une fois aux défenseurs sur l’aile gauche, mais de conclure d’une frappe dans les nuages (42’), ou Leonardo Pais puis Avenatti de forcer Dimitri Foulquier et Lucas Digne à ses sauvetages en catastrophe sur corner (43’, 44’). Malgré tous les efforts d’un Paul Pogba à son meilleur niveau, les joueurs de Pierre Mankowski rentrent au vestiaire peu rassurés.

Olé Olé pour Areola
Ils ne le sont pas davantage en début de second acte, puisque c’est encore Areola qui voit le plus le ballon, d’abord dans ses bras (54’), puis à droite de son poteau sur deux frappes d’un Lopez volontaire mais maladroit. Les mauvais présages s’enchaînent pour les Tricolores qui perdent d’abord Jean Christophe Bahebeck sur blessure, puis voient Lopez se créer - et gâcher encore - une occasion sur une ouverture chirurgicale de Gino Acevedo (66’).

Le nouvel entrant Giorgian De Arrascaeta affole toute la défense et sert Avenatti sur un plateau, mais Alphonse fonce et repousse la tentative du géant (80’). Dos au mur, les Français réagissent de la plus belle des manières, avec une frappe enroulée de Jordan Veretout puis une volée à bout portant d’Alexy Bosetti, mais par deux fois, De Amores désamorce le danger (85’, 86’). Mais ils sont vite ramenés à la réalité sur un centre tir de Velazquez qui finit sur le toit du but (87’). Et pour savoir qui finit sur le toit du monde, il faut attendre au moins 30 minutes de plus…

Acevedo et De Arrascaeta y maintiennent Areola sous pression (94’, 96’), l’Uruguay réalise globalement la meilleure prestation, mais les buts se font toujours attendre. Pas le choix : aux tirs au but, les filets sont obligés de trembler… Ils le font davantage pour les Bleuets grâce à un immense Areola, qui arrête deux tentatives. Puis un dernier tir réussi par Foulquier envoie les siens au paradis... La France est championne du monde, une première dans la catégorie !