Andreas Heraf, sélectionneur de l'Autriche
Notre adversaire était trop fort pour nous aujourd'hui. Physiquement, ils ont été extraordinaires. Nous n'avons rien pu faire contre leur vitesse. Visiblement, ils ont parfaitement étudié nos matches de la phase de groupes. La chose la plus importante en football est d'être présent au rebond et dans ce domaine, ils ont quasiment tout récupéré. Nous avons eu un sentiment d'impuissance. Maintenant, atteindre les huitièmes de finale est une très belle performance pour un petit pays comme le nôtre. Nous sommes conscients de nos moyens et de nos limites et nous savions qu'à partir des huitièmes de finale, il n'y aurait que des grosses équipes.

Ravshan Khaydarov, sélectionneur de l'Ouzbékistan
Je pense que le résultat est mérité. Les joueurs ont montré tout leur potentiel et ont bien respecté les consignes tactiques. Après le match, je leur ai dit : "Merci, mais ça ne suffit pas". Pour l'instant, nous faisons aussi bien qu'en 2013, mais nous sommes venus ici pour faire mieux et les joueurs le savent. Nous allons continuer de travailler pour aller au moins un palier au-dessus, c'est-à-dire en demi-finales.