Humberto Grondona, sélectionneur de l'Argentine  
Nous ne méritons pas de quitter si vite la Coupe du Monde. Nous étions arrivés en Nouvelle-Zélande avec de grandes ambitions. Nous n'avons pas été récompensés de nos efforts aujourd'hui. Nous avons tout tenté, mais le ballon ne voulait pas rentrer. Il ne nous reste plus qu'à espérer un miracle.

Andreas Heraf, sélectionneur de l'Autriche  
Nous avons réussi quelque chose d'un peu incroyable. Nous avons affronté un adversaire très fort aujourd'hui. Ce point, nous l'avons vraiment conquis. Tout ce qui vient maintenant peut être considéré comme un bonus. Nous allons maintenant aborder les matches à élimination directe, nous attendons de connaître notre prochain adversaire. De toute façon, lorsqu'on sort d'un groupe avec l'Argentine, le Ghana et le Panama, on n'a pas besoin de se cacher. On peut légitimement nourrir des espoirs en huitièmes de finale.