Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pologne 2019

23 mai - 15 juin

Pologne 2019

Boniek : "Les larmes ont souvent du bon"

  • Le président de la Fédération polonaise salue les supporters
  • L’ancien international voit l’Ukraine s’imposer
  • Il rappelle le rôle important joué par les équipes nationales

Le président de la Fédération polonaise de football est un homme heureux. Zbigniew Boniek a suivi avec intérêt le déroulement de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA et ce qu’il a vu, sur le terrain comme en tribunes, l’a comblé. À l’approche de la finale, l’ancienne star de l’équipe de Pologne et de la Juventus donne un léger avantage à l’Ukraine, sans pour autant négliger les qualités qui ont permis à la République de Corée de se hisser à ce stade de la compétition. Zibi s’attend à voir des larmes couler au coup de sifflet final mais il souligne : "en sport, les larmes ont souvent du bon".

Zbigniew Boniek, comment la Pologne a-t-elle vécu l’organisation de ce tournoi et comment s’est déroulée la compétition, de votre point de vue ? Quels sont les retours des équipes ?

La Coupe du Monde U-20 a prouvé que la Pologne est un pays merveilleux et ouvert, qui dispose d’une infrastructure parfaitement adaptée à un tournoi de ce niveau. Nous avons fait la démonstration de notre capacité à accueillir et accompagner les équipes qui nous ont rendu visite. J’ai parlé à de nombreuses personnes venues pour cette Coupe du Monde U-20 et toutes se sont senties comme chez elles. Elles ont également souligné le professionnalisme dont nous avons fait preuve, du début à la fin. Mais il reste encore un match à disputer, le plus important de tous : la finale. Je suis convaincu que le stade sera plein et il risque d'y avoir de l’animation en tribunes. Les spectateurs vont certainement se ranger derrière l’une des deux équipes. C'est une certitude. De notre côté, nous allons aussi préparer quelques "surprises".

© Getty Images

**Qu’avez-vous pensé des supporters polonais dans ce tournoi ? **

Je dois dire que nos supporters ont été fabuleux. Nos fans ont su créer une ambiance fantastique à Lodz, durant les matches de la Pologne. Lorsqu’ils sont venus assister aux rencontres d’autres équipes, ils ont choisi leur camp, en prenant généralement parti pour l’outsider. Ils ont toujours soutenu loyalement leur équipe. Pendant la demi-finale à Gdynia, par exemple, le public penchait clairement en faveur de l’Ukraine. C’est un peu comme dans les westerns de ma jeunesse : quand les Indiens sont en difficulté, on a toujours envie de les voir s’en sortir.

**Quel souvenir vous a particulièrement marqué depuis le début de la compétition ?**

On a pu voir à la télévision que l’aspect logistique du tournoi et les stades ont été très bien préparés. Par ailleurs, j’ai aimé la combativité dont toutes les équipes ont fait preuve. Les matches étaient très intéressants. Il ne fallait surtout pas quitter l’écran des yeux pour aller chercher un café, sous peine de rater une action importante. Tout pouvait changer en quelques secondes, de la première à la dernière minute. Le troisième aspect que je retiens concerne les équipes nationales. Le monde a besoin d’équipes nationales à soutenir. Il ne faut pas dire que seuls les clubs et leurs compétitions comptent. C’est vrai, les clubs payent les salaires des joueurs, mais pour survivre et se développer, le football a besoin des équipes nationales. Après chaque but et chaque victoire, il suffisait de regarder les joueurs pour comprendre ce que représente cette compétition à leurs yeux et à quel point ils s’identifient à leur drapeau.

© Getty Images

**Quelle équipe vous a le plus agréablement surpris ?**

L’Ukraine, car elle ressemble à la Pologne. Nous l'avions affrontée en amical à Bielsko l’année dernière et nous nous étions imposés 2-1. Huit joueurs présents ce jour-là ont participé au tournoi. Les Ukrainiens ont progressé à chacune de leurs sorties ici.

**Avez-vous été étonné en découvrant l’identité des finalistes ?**

Je pense que c’était effectivement une énorme surprise. Franchement, qui attendait une finale entre la République de Corée et l’Ukraine ? Il aurait fallu être voyant pour deviner une telle issue ! Du côté des représentants asiatiques, je pense que les gens attendaient plutôt le Japon. Mais le football est une affaire de passion, de courage, de tactique, d’énergie, de vitesse, de concentration et d’engagement. Je pense que nous allons assister à une très belle finale. Que le meilleur gagne !

**Selon vous, qui sera favori ?**

Bonne question. Du point de vue du jeu, l’Ukraine me semble légèrement supérieure, mais sur le plan tactique et au niveau de la rigueur, la République de Corée fait référence. Je crois que beaucoup d’équipes ont pensé que les Sud-Coréens seraient des adversaires faciles.

Avez-vous un message à faire passer aux finalistes. ?

Je tiens tout d’abord à les féliciter d’avoir atteint ce stade de la compétition. J’imagine que les deux équipes vont tout faire pour soulever le trophée, ce qui signifie que certains joueurs vont pleurer des larmes de joie et d’autres des larmes de tristesse. Dans le sport, les larmes ont souvent du bon. Elles sont provoquées par la compétition, qui est un élément positif en soi. Comme je l’ai dit, bravo aux deux équipes. Quoi qu'il arrive, je suis sûr qu’elles garderont un bon souvenir de leur visite en Pologne. Bonne chance pour la finale !

© Getty Images

Explorer le sujet

Articles recommandés

Pologne 2019

Une revanche pour le bronze

12 juin 2019

Pologne 2019

Buletsa, l’étoile fuyante

11 juin 2019

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2019

Pologne 2019 : le meilleur des demi-finales

12 juin 2019