Coupe du Monde U-20 de la FIFA, République de Corée 2017

20 mai - 11 juin

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2017

Córdova, quand la malchance vous sourit

© Getty Images
  • Sergio Córdova, 19 ans, est le meilleur buteur du tournoi, avec quatre réalisations
  • Arrivé en manque de confiance à la Coupe du Monde, ses débuts face à l’Allemagne l’ont rassuré
  • Il a été victime en 2016 d’une grave blessure : "Elle a fait de moi un meilleur joueur"

Sergio Córdova a vécu un mois de juillet 2016 particulièrement horrible et la situation a perduré lors des trois mois suivants. Le meilleur buteur de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, République de Corée 2017 s’est fracturé le cinquième métatarse du pied gauche. Il aurait dû se sentir mieux après l'opération, mais la douleur a continué à le faire souffrir. Les pires moments peuvent cependant parfois constituer une opportunité, que la Pantera a su saisir pour devenir adulte.

"J’ai eu beaucoup de mal à me remettre de cette blessure, mais elle m’a rendu bien meilleur", raconte-t-il à FIFA.com, affalé dans un fauteuil. Une image qui contraste radicalement avec l’explosivité dont il fait preuve sur le terrain et qui fait de ce joueur de 19 ans l’une des révélations de République de Corée 2017.

"J’ai pu mieux comprendre le jeu, connaître plus d’astuces et d’autres choses sur le plan purement footballistique", explique l'attaquant. "Ma blessure m’a poussé à me demander pourquoi tout cela m’était arrivé et elle a fait de moi un meilleur joueur. Avant, j’aimais m’emparer du ballon et courir droit devant. Aujourd’hui, je préfère m’appuyer sur les autres, mieux comprendre le jeu, le schéma tactique, écouter le coach. J’estime avoir gagné en maturité."

Ce sens du collectif est en train de payer. Córdova est actuellement le pire cauchemar des défenseurs adverses et le Venezuela est l’équipe qui a inscrit le plus de buts lors de la phase de groupes, le tout sans en avoir encaissé. "D’abord, on respecte la tactique mise en place par l’entraîneur, puis on se met à jouer de façon libérée", poursuit le Vénézuélien. "On peut se le permettre parce que l’on dispose d’un excellent effectif, comme vous avez déjà pu le voir."

Le quatuor offensif vénézuélien peut alors se déchaîner : Córdova et Adalberto Peñaranda arpentent les flancs sans relâche, Ronaldo Peña joue en pivot et crée des espaces, tandis que Yeferson Soteldo mène la danse. Irrésistibles sur le terrain durant le premier tour, les quatre flèches sont également inséparables en dehors.

"Nous sommes tous très rapides", souligne Córdova. "Chacun, à son poste, a bien compris le style de jeu de l’équipe et c’est ce qui nous donne notre force offensive. Notre bonne entente est également fondamentale. On s’assoit toujours dans le fond du bus et on passe notre temps à plaisanter, à rigoler. On a noué une réelle amitié et elle se reflète sur la pelouse."

Du haut de ses 188 cm, cet attaquant racé semble avoir fait de la mentalité sa principale vertu. Buteur lors de son premier match avec le Caracas FC en 2015, il a profité de la réglementation imposée par la Fédération Vénézuélienne de Football d’aligner un joueur éligible pour les tournois internationaux U-20 à venir et d’en avoir un autre sur le banc.

Garder les pieds sur terre
Aligné en club au poste d’avant-centre et non comme ailier droit, Córdova n’a disputé que 186 minutes cette saison. "Je ne vous cache pas qu’en arrivant en République de Corée, je n’étais pas au mieux mentalement", admet le longiligne attaquant. Il s’est concentré sur la première rencontre, face à l’Allemagne, prêt à saisir une nouvelle opportunité : "Quand on regarde l’environnement, on se dit 'Ouah ! On dispute une Coupe du Monde !' Ce n’était pas le moment de faire le moindre cadeau. Comme mes dix coéquipiers, je dois tout donner pour représenter mon pays, mes amis, ma famille et le peuple vénézuélien, pour aller le plus loin possible. Je m’accroche à ça pour continuer à rêver."

Son but et sa convaincante prestation contre l’Allemagne ont été pour lui un "élément déclencheur pour reprendre confiance". En huitièmes de finale, le Venezuela affrontera le Japon. Córdova pense uniquement à rester concentré sur cette rencontre, car comme il le dit, "le football est fait d’instants, de hauts et de bas. J’estime dès lors qu’il est primordial de garder les pieds sur terre."

Le jeune homme peut compter pour cela sur Rafael Castrillo, son entraîneur de Calabozo, qui le contacte souvent par téléphone. "Calabozo est un village très modeste et c’est important de se souvenir d’où l’on vient", raconte-t-il. "Le coach est toujours là pour me le rappeler. Il m’envoie des messages qui ont une valeur particulière à mes yeux. J’y puise une réelle motivation."


Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2017

Corée 2017 : Mexique 0-1 Venezuela en vidéo

26 mai 2017

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2017

Corée 2017 : Venezuela 7-0 Vanuatu

23 mai 2017

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2017

Corée 2017 : Venezuela 2-0 Allemagne en vidéo

20 mai 2017