Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pologne 2019

Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pologne 2019

23 mai - 15 juin

Pologne 2019

Des Kiwis inspirés pour briller

New Zealand celebrate qualifying for Poland 2019 
© OFC
  • Cinquième Coupe du Monde U-20 consécutive pour la Nouvelle-Zélande
  • Les Kiwis ont atteint les huitièmes de finale des deux dernières éditions
  • Inspirés par la médaille de bronze décrochée par les féminines U-17

La dernière fois que la Nouvelle-Zélande a participé à une Coupe du Monde, elle a décroché la médaille de bronze. Ce n'est pas rien pour une nation d'environ cinq millions d'habitants où le vivier de talents footballistiques est limité, le ballon rond n'étant pas le sport numéro un au Pays du long nuage blanc.

La Nouvelle-Zélande entamera ce mois-ci la Coupe du Monde U-20 de la FIFA en Pologne avec un surcroît d'inspiration dû aux exploits des féminines U-17 kiwis lors de la Coupe du Monde de la catégorie en 2018. Elle tentera de faire au moins aussi bien que les deux générations précédentes de footballeurs U-20, qui ont toutes deux atteint les huitièmes de finale de la compétition.

"Entrer dans l'histoire en dépassant les huitièmes de finale [pour la première fois] est un but", reconnaît le capitaine néo-zélandais Joe Bell au micro de FIFA.com. "Les féminines U-17 sont une grande source d'inspiration. Elles ont réussi à remporter la médaille de bronze. C'est quelque chose de tangible, à quoi nous pouvons nous accrocher. Cela montre que les diverses sélections néo-zélandaises peuvent aller plus loin et rivaliser au plus haut niveau."

"Cette équipe a montré le tempérament néo-zélandais. L'union fait la force. C'est un aspect de notre identité culturelle. Les U-17 sont de toute évidence une source d'inspiration et un modèle à suivre pour les sélections néo-zélandaises."

"Nous travaillons à reproduire leur culture et leur état d'esprit, qui est celui d'une grande famille. Nous puisons dans notre identité culturelle, qui je pense est très forte et assez unique pour les différentes équipes de Nouvelle-Zélande. Les U-17 l'ont fait et cela leur a permis de traverser des situations difficiles."

C'est une période passionnante pour ces jeunes *Kiwis* déjà arrivés en Pologne. Beaucoup d'entre eux auront l'occasion de participer à la compétition préliminaire de l'OFC pour le Tournoi Olympique de Football Masculin de l'OFC, plus tard cette année et, en cas de qualification, aux Jeux Olympiques 2020 à Tokyo. Dans l'immédiat, ce sont trois matches de groupe – contre le Honduras, la Norvège et l'Uruguay – qui les attendent.

"Nous sommes tous très impatients, c'est une excellente occasion", poursuit Bell. "Il est évident que pour n'importe quel joueur, la Coupe du Monde U-20 est une excellente vitrine sur le plan personnel. C'est en quelque sorte une fenêtre sur le monde. Nous savons tous que ça peut être une étape vers un contrat pro. Mais la chose la plus importante pour tous les garçons au sein du groupe, c'est d'être performants ensemble et de faire ce qu'on attend de nous le mieux possible."

Bell, qui a été nommé meilleur joueur du tournoi dans les qualifications océaniennes pour Pologne 2019 en août dernier, s'apprête à disputer sa troisième Coupe du Monde U-20. L'étudiant en psychologie de l'Université de Virginie, aux États-Unis, est l'un des cinq membres de l'équipe qui avaient participé à République de Corée 2017.

"Nous avons plusieurs joueurs avec ce niveau d'expérience et c'est une des grandes forces de l'équipe. Les plus jeunes peuvent nous considérer comme des modèles à suivre et se tourner vers nous dans les situations où il y a besoin de leaders."

"Quand on joue sur une scène mondiale comme celle-ci, la qualité est évidemment très élevée. C'est le défi que nous devons constamment relever. Nous devons nous concentrer mentalement et nous préparer pour le premier match. Nous sommes complètement focalisés là-dessus."

Adversaire Date Lieu
Honduras Vendredi 24 mai Lublin Stadium
Norvège Lundi 27 mai Lodz Stadium
Uruguay Jeudi 30 mai Lodz Stadium

Le milieu de terrain a passé les 30 derniers mois à étudier et à taper dans le ballon aux États-Unis, une combinaison qui lui convient à merveille : "Je ne voulais surtout pas arrêter mes études et en même temps, je joue au foot. C'est une situation rêvée".

"J'ai vraiment évolué en tant que joueur et en tant que personne. Ça m'a donné une nouvelle expérience et de nouvelles perspectives par rapport au football. J'espère que c'est quelque chose que je vais pouvoir transmettre au groupe."

"Charlottesville est peut-être l'endroit le plus proche de la Nouvelle-Zélande en Amérique", conclut Bell avec le sourire. "Évidemment il y a des différences, mais les gens ont la tête bien sur les épaules, comme chez nous."

Explorer le sujet

Articles recommandés