Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pologne 2019

Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pologne 2019

23 mai - 15 juin

Pologne 2019 - Équateur

L'Équateur avec l'ambition et la pression du champion

Ecuador player Daniel Segura, celebrates his goal against Venezuela 
© imago

L'Équateur peut nourrir de grandes ambitions en Pologne, car pour la première fois en quatre participations, il aborde la Coupe du Monde U-20 de la FIFA en qualité de champion d'Amérique du Sud. Et ce n'est pas rien selon l'entraîneur des Tricolores, Jorge Célico, qui a aussi dirigé leurs aînés par intérim sur la fin des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

"Nous devons tirer parti du respect que ce titre inspire", confie à FIFA.com l'Argentin de 57 ans, en poste depuis 2017. "Je me suis trouvé dans le camp adverse et si je me suis toujours gardé d'instiller la peur chez mes joueurs, le respect est bel et bien présent."

Il estime cependant que remporter une compétition à laquelle prenaient part l'Argentine, l'Uruguay et le Brésil ne constitue qu'une partie du défi. "Il faut confirmer ses succès sur le terrain, match après match. En football, les lauriers se fanent vite. Si on ne le comprend pas, on va droit dans le mur", souligne Célico, qui est également coordinateur des sélections de jeunes de la FEF.

Il ne craint pas que le sacre soit monté à la tête de ses U-20. "Le groupe est mature. Les joueurs ont gagné en confiance, mais sans perdre le sens des réalités. Ils savent que les clés de la réussite sont l'humilité et l'engagement", assure-t-il.

Ecuador head coach Jose Celico gives intructions to his players during U-20 South American Championship 
© imago

Les fondations du champion

Célico connaît parfaitement les atouts de sa sélection. "C'est une équipe agressive, technique et axée sur l'offensive. Le plan tactique doit exploiter ces qualités au maximum." FIFA.com a repéré les éléments de l'épine dorsale tricolor au vu des matches du tournoi sud-américain, et a interrogé le technicien à leur sujet.

  • Moisés Ramírez (gardien de but, Real Sociedad, Espagne)_
    - La stat : il a rendu cinq copies vierges pendant les qualifications et n'a concédé aucun but durant les 298 dernières minutes du tournoi hexagonal final.
    - "C'est peut-être l'un des meilleurs gardiens de l'histoire de l'Équateur : ses qualités athlétiques, son agilité, ses réflexes et sa personnalité sont étonnants chez un joueur d'à peine 18 ans. Il n'a peur de rien."
  • Jackson Porozo (défenseur central, Santos FC)
    - La stat : joueur de la Tri affichant le plus de dégagements (59), il est l'auteur du plus grand nombre d'interceptions (32) pendant les qualifications et il a gagné 69 % de ses duels (40/58).
    - "Il impressionne par son habileté dans le jeu aérien. Rapide et difficile à battre en un contre un, il est agressif au bon sens du terme. À 18 ans, il a réussi à s'adapter à toutes les situations."
Ecuador's Jose Cifuentes (C) celebrates after scoring against Argentina 
© AFP
  • José Cifuentes (milieu, América de Quito)_
    - La stat : auteur d'un but et capitaine à deux reprises, il a été titulaire dans les 9 rencontres du tournoi sud-américain et a joué 799 minutes sur 810.
    - "C'est un meneur de jeu, presque un enganche en retrait sur le milieu central. Il est aussi bon récupérateur que passeur."
  • Leonardo Campana (attaquant, SC Barcelona de Guayaquil)
    - La stat : Il a été le meilleur réalisateur du tournoi sud-américain avec 6 buts, qu'il a marqués en 10 tirs cadrés sur 18 tentatives._
    - "C'est un 9 différent : sa technique et sa conduite de balle pourraient lui permettre de jouer milieu offensif ou ailier. Il est capable de s'adapter à tous les types de jeu. Les joueurs talentueux comme lui dissimulent bien leur position habituelle."

Le programme de l'Équateur en Pologne

Adversaire Date Lieu Heure locale
Japon Jeudi 23 mai Bydgoszcz 20h30
Italie Dimanche 26 mai Bydgoszcz 18h00
Mexique Mercredi 29 mai Gdyinia 18h00

"Nos trois adversaires de groupe ont un ADN très différent, sur le plan tant footballistique que culturel. Je ne peux pas dire quelle équipe me paraît la plus dangereuse, ce serait un manque de respect.", commente le sélectionneur, qui part d'un concept clé pour préparer chaque match. "Nos adversaires doivent s'adapter à notre jeu. Nous pouvons modifier des détails, mais sans perdre de vue les fondamentaux."

"L'objectif est clairement de "remporter la Coupe du Monde", annonce-t-il sans fausse modestie, ni arrogance. "On n'a rien pour rien dans cette profession, et on se doit de rêver jusqu'au bout quand on a la chance de disputer une telle épreuve."

S'il sait que "ce sera difficile, compte tenu du niveau de jeu élevé", il a toute confiance dans ses protégés : "Nous avons un bon niveau nous aussi. Nous sommes champions d'Amérique du Sud. C'est un titre dont nous devons nous montrer dignes."

Explorer le sujet

Articles recommandés

Interview d'Agustin Delgado

La FIFA

Interview d'Agustin Delgado

28 sept. 2016

Brésil 2014 : Honduras 1:2 Equateur

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Brésil 2014 : Honduras 1:2 Equateur

21 avr. 2018